Térésa Nzola Meso Ba: «C'est la rage qui m'a portée aussi loin»

ATHLETISME Entretien avec la médaillée de bronze en triple saut

©2006 20 minutes

— 

Térésa Nzola Meso Ba

Médaillée de bronze en triple saut.

Ce week-end, en finale, vous avez pulvérisé le record de France (14,49 m) après avoir failli ne pas franchir le cap des qualifications. Comment expliquez-vous votre performance ?

En qualifications, j'étais trop spectatrice. J'ai d'ailleurs pensé que je pouvais déjà remballer mes affaires après mes sauts (rires) ! Puis je me suis beaucoup parlé et j'ai profité d'une belle communion avec le public en finale.

Votre médaille a été décrite partout comme une énorme surprise…

Mais pour moi, c'est tout sauf une surprise. Pour certains, je débarque de nulle part avec une meilleure performance à seulement 14,07 m. Mais j'ai dix ans de boulot et de gifles derrière moi. Contrairement à ce que j'ai pu lire, ce n'est pas la grâce mais la rage qui m'a portée aussi loin.

Avez-vous songé à vos conditions d’entraînement à Pierre-Bénite ?

Devoir modifier régulièrement mon programme en fonction de la pluie et de la neige m'a été préjudiciable. Mais m'entraîner dehors par tous les temps m'a forgé un caractère. J'aimerais pouvoir bénéficier d'une salle.

Votre statut a-t-il changé ?

Je ne prête pas trop d'attentions à ces nouvelles sollicitations car auparavant, il n'y avait pas grand monde qui s'intéressait à moi lorsque je galérais

Avez-vous déjà les Mondiaux d’Osaka (du 25 août au 2 septembre) en tête ?

.J'y pense sans y penser. Je sais d'où je viens et vais mettre les bouchées doubles à l'entraînement pour préparer cette échéance.

Recueilli par J. Pagalou