Deux mois ferme pour le supporter lyonnais

— 

Un supporteur lyonnais, qui avait renvoyé un fumigène en direction d'un groupe de supporteurs stéphanois samedi, lors du match de L1 de football Saint-Etienne-Lyon (1-3), a été condamné lundi à deux mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne.
Un supporteur lyonnais, qui avait renvoyé un fumigène en direction d'un groupe de supporteurs stéphanois samedi, lors du match de L1 de football Saint-Etienne-Lyon (1-3), a été condamné lundi à deux mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne. — Philippe Merle AFP

Un supporter lyonnais, qui avait renvoyé un fumigène en direction d'un groupe de supporters stéphanois samedi, lors du match de L1 de football Saint-Etienne-Lyon (1-3), a été condamné lundi à deux mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne.

Membre du groupe de supporters lyonnais des «Bad Gones», ce jeune plombier de 25 ans, dont le casier judiciaire porte déjà cinq condamnations mais sans rapport avec des matches, a en outre été condamné à six mois d'interdiction de fréquenter les enceintes sportives.

La représentante du parquet de Saint-Etienne, Anne-Lise Furstoss, qui a noté que le jeune homme avait tenté d'échapper à l'interpellation en modifiant sa tenue vestimentaire avant de sortir du stade Geoffroy-Guichard, avait requis quatre mois de détention et quatre ans d'interdiction de stades.

L'avocate du prévenu, Me Audrey Trincanato, a quant à elle déclaré que son client, «venu dans le stade les mains vides», ne devait pas faire figure de «bouc émissaire pour le geste irréfléchi qu'il a accompli machinalement».

Les deux clubs, qui s'étaient constitués parties civiles, ont obtenu un euro symbolique de dommages et intérêts.

La loi prévoit une peine pouvant aller jusqu'à trois ans de prison et 15.000 euros d'amende pour jet de projectile pouvant présenter un danger dans une enceinte sportive.

Deux autres supporters, interpellés après le match, ont été remis en liberté: l'un, en possession de cannabis, dimanche, et l'autre, un mineur de 17 ans, lundi. Ce dernier, soupçonné de violences sur un stadier, doit prochainement être convoqué devant le tribunal pour enfants de Lyon.

Le match de samedi avait été interrompu pendant 20 minutes en deuxième période après des échanges de fumigènes entre supporters des deux camps.

La rencontre, comptant pour la 27e journée de L1, s'est jouée dans un climat tendu. Dans les jours précédants, les dirigeants de l'OL et de l'ASSE avaient échangé des propos belliqueux dans la presse, avant d'envoyer des messages d'apaisement sur les sites internet des deux clubs.

Le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, et son homologue stéphanois, Bernard Caïazzo, sont convoqués jeudi devant la commission de discipline de la Ligue nationale de football (LNF).