Dominici comme le bon vin

RUGBY A bientôt 35 ans, Christophe Dominici continue de défier les lois du temps. Son essai de funambule samedi dernier au Stade de France face au pays de Galles (32-21) en est l'exemple le plus récent. « Cet essai est arrivé au bon moment, pour l'équipe c...

©2006 20 minutes

— 

A bientôt 35 ans, Christophe Dominici continue de défier les lois du temps. Son essai de funambule samedi dernier au Stade de France face au pays de Galles (32-21) en est l'exemple le plus récent. « Cet essai est arrivé au bon moment, pour l'équipe comme pour moi, explique l'ailier international du Stade Français. Cela m'ennuyait un peu que l'on répète que c'était grâce à mon expérience que j'étais dans le groupe. On va enfin me regarder comme un joueur de rugby. »L'ailier parisien a profité de son essai pour devenir le sixième meilleur marqueur français de tous les temps, à encore 15 longueurs de Serge Blanco. En l'absence du capitaine du XV de France, Fabien Pelous, le Varois a aussi endossé le rôle de meneur d'hommes qu'il tient depuis longtemps à Paris. « Christophe est le capitaine de nos lignes arrières, déclarait Bernard Laporte avant le match contre les Gallois. Il est l'un de nos meneurs et c'est à ce titre qu'il a été titularisé lors des trois premières journées du Tournoi. »Tout en ne perdant pas de vue les objectifs à court terme du Stade Français - notamment le sacre européen qui manque à son palmarès - Dominici attend avec impatience le grand rendez-vous de l'automne prochain. « Disputer cette Coupe du monde, c'est un challenge vis-à-vis de moi-même, le rêve de tout joueur de rugby. Et si on est champions du monde, ma vie changera, conclut l'ailier de poche. Ce sera sans doute la retraite. »

S. Bordas