Des Sangliers sur la route du maintien

FOOTBALL LIGUE 1 « J'espère que Paris disputera cent vingt minutes à Sochaux et se fera sortir. Comme ça on sera à égalité, avec une grosse bosse sur la tête. » Le voeu de l'entraîneur sedanais José Pasqualetti, exprimé juste après l'élimination de son équipe mardi c...

©2006 20 minutes

— 

« J'espère que Paris disputera cent vingt minutes à Sochaux et se fera sortir. Comme ça on sera à égalité, avec une grosse bosse sur la tête. » Le voeu de l'entraîneur sedanais José Pasqualetti, exprimé juste après l'élimination de son équipe mardi contre Nantes, n'a été qu'à moitié exaucé, mercredi soir.S'il a lâché sa Coupe de France, le club de la capitale n'a pas joué les prolongations dans le Doubs, au grand soulagement de Paul Le Guen. Ayant pris le parti d'aligner les réservistes afin de faire souffler les trois-quarts de ses titulaires, l'entraîneur parisien a assumé jusqu'au bout son choix, dicté par le match capital, demain soir à Sedan. « J'insiste sur le fait qu'on n'a pas lâché, les joueurs se sont battus en fin de match, a déclaré Le Guen. Mais on a un objectif prioritaire, qui est le maintien. L'important est désormais de bien récupérer avant Sedan. »« Je préfère perdre ce match et gagner 3 points samedi », renchérissait Jérôme Rothen. Le débat sur le respect de l'épreuve sera toutefois très vite oublié si Paris parvient à décrocher un succès face aux Sangliers, lanterne rouge de Ligue 1. Après un bon début de match, les flottements défensifs et les sautes de concentration, déjà aperçus trois jours plus tôt contre Saint-Etienne  (0-2), n'ont certainement pas dû rassurer Le Guen. Ce dernier préfère toutefois se satisfaire de l'état d'esprit général de ses joueurs. « Le moral n'est pas atteint, affirme Rothen. On espère le prouver à Sedan. »

Sébastien Bordas