Tour de France 2014 : Vincenzo Nibali en patron, les Français font de la résistance

CYCLISME Le maillot jaune italien a encore augmenté son avance lors de la première étape de haute montagne…

Nicolas Camus

— 

L'Italien Vincenzo Nibali a remporté la 13e étape du Tour de France à Chamrousse, le 18 juillet 2014.
L'Italien Vincenzo Nibali a remporté la 13e étape du Tour de France à Chamrousse, le 18 juillet 2014. — JEFF PACHOUD / AFP

On le présageait fortement, mais on attendait avec impatience la première étape de haute montagne, ce vendredi, pour savoir si Vincenzo Nibali était bien le patron de ce Tour de France. L’Italien en a apporté la confirmation de manière éclatante. Il s’est imposé en solitaire au sommet de Chamrousse, lors de cette 13e étape, portant son avance sur son nouveau dauphin, Alejandro Valverde, à 3 minutes et 37 secondes.

>> La 13e étape à revivre en live-comme-à-la-maison

L’Australien Richie Porte, 2e au général avant le départ de cette étape, a en effet explosé dès l’entame de la montée finale. Ce qui n’a pas été le cas des Français. Romain Bardet et Thibaut Pinot ont bien résisté. Pinot a même été le premier à attaquer dans le groupe maillot jaune, à mi-ascension. Mais Nibali était trop fort et a fini par lâcher tous ses rivaux pour aller cueillir sa troisième victoire d’étape sur ce Tour. Thibaut Pinot, après avoir roulé toute la fin d’étape avec Alejandro Valverde, a pris la 5e place sur la ligne.

Bardet grimpe sur le podium

Romain Bardet, lui, a un peu plus souffert. Mais il s’est dépensé sans compter et a fini par recevoir de l’aide de l’Américain Tejay Van Garderen pour céder au final moins d’une minute et demie à Nibali et une trentaine de secondes au duo Valverde-Pinot. Le jeune grimpeur d’AG2R a ainsi conservé son maillot blanc et, profitant de la défaillance de Richie Porte, se trouve désormais à la 3e place du classement général, juste devant Thibaut Pinot. Avec Jean-Christophe Péraud 6e, les Français sont dans le coup pour la lutte derrière Vincenzo Nibali.

«Je voulais surtout contrôler la course et gagner un peu de temps, a déclaré le maillot jaune à l’arrivée. Je pensais surtout à distancer Valverde, je craignais qu’il revienne». L’Italien peut se rassurer, il est bien le plus costaud sur ce Tour. Il pourra encore en faire la démonstration samedi, avec une deuxième étape alpestre de haute voltige. Les coureurs emprunteront les cols du Lautaret puis de l’Izoard, avant la montée finale vers Risoul.