VIDEO. Brésil-Allemagne: En 6 minutes et 41 secondes, la Mannschaft humilie la Seleçao avec quatre buts

FOOTBALL La sélection allemande nous a offert l’épisode le plus dingue de l’histoire du football…

B.V. à Belo Horizonte

— 

Toni Kroos après un but face au Brésil, le 8 juillet 2014
Toni Kroos après un but face au Brésil, le 8 juillet 2014 — Natacha Pisarenko/AP/SIPA

De notre envoyé  spécial à Belo Horizonte (Brésil),

N’ayons pas peur des mots: ce Brésil-Allemagne nous a offert l’épisode le plus dingue de l’histoire du football. Il a duré très précisément 6 minutes et 41 secondes, durant lesquelles se sont mêlés grâce, folie, éblouissement et stupéfaction. Dans ce court laps de temps, l’Allemagne a marqué quatre fois en demi-finale de Coupe du monde face au pays hôte et favori de la compétition, le Brésil. Même quelques heures après, on a du mal à y croire.

Le site américain de Slate s’est amusé à faire les comptes. Entre le but de Klose (2-0) et celui de Khedira (5-0), le ballon a été en jeu pendant 4’06 minutes – sans les célébrations, c'est-à-dire que l’Allemagne a marqué toutes les minutes quatre fois de suite. Mieux: entre les buts 2 et 4, le ballon a été en jeu 76 secondes. Ca fait un but toutes les 25 secondes.

«On s’est rendu compte qu’ils étaient sonnés»

Et pas n’importe quels buts. Entre la demi-volée de Kroos de l’extérieur du pied, le jeu de passe entre Kroos et Khedira, tout a paru limpide. Presque hallucinant de perfection. Le Brésil a été emporté par un ouragan. Son sélectionneur, Scolari, raconte: «C’était un but après un autre. Tout le monde a eu une sorte de black-out. On a paniqué. On parlait aux joueurs, on essayait de retrouver une organisation mais il n'y avait rien à faire à ce moment-là. Tout a marché pour eux.» «On a pris quatre buts en six minutes enchaînait le capitaine David Luiz. Tout s'est déroulé au mieux pour eux et au pire pour nous.»

Même le sélectionneur allemand Joachim Löw n’en revenait pas. «Après le 2-0, on s’est rendu compte qu’ils étaient perdus, désorganisés, sonnés. On a réalisé qu’ils étaient en train de craquer.» Son milieu de terrain Toni Kroos assure d’ailleurs que sur le terrain, «on avait du mal à y croire». Il n’y a qu’à le voir après son but (le troisième) se prendre la tête dans les mains, le regard abasourdi, pour le croire. Comme lui, le monde entier est resté bouché bée pendant près de sept minutes. Et il n’a toujours pas bien mesuré ce qu’il vient juste de se passer.

Les quatre buts en image:
(Klose, 2-0, 22e minute)

(Kroos, 3-0, 24e)
(Kroos, 4-0, 26e)
(Khedira, 5-0, 29e)