Equipe de France: Paul Pogba, si brillant… et si agaçant

MONDIAL Paul Pogba a réalisé un match décousu, à l’image du joueur qu’il est…

B.V. à Brasilia
— 
Paul Pogba, après sa victoire face au Nigeria, le 30 juin 2014.
Paul Pogba, après sa victoire face au Nigeria, le 30 juin 2014. — FABRICE COFFRINI / AFP

De notre envoyé spécial à Brasilia

Sur ce match, donner une note à Paul Pogba est une véritable torture. Comme depuis le début de la compétition, le milieu de terrain a alterné avec une radicalité déconcertante le bon et le moins bon, le génial et le médiocre. Buteur salvateur en fin de match, d’une petite tête sur corner, il a guidé le jeu des Bleus par intermittence, se créant même une énorme occasion en première période. Et le reste du temps, il a manqué terriblement d’impact au milieu de terrain, perdu un nombre incalculable de ballons et laissé Mathieu Debuchy défendre un peu trop seul.

>> Revivez France-Nigeria en live comme-à-la-maison

Voilà Paul Pogba: il est la raison pour laquelle la France a tant souffert, mais aussi la raison pour laquelle elle a gagné. Elu homme du match, il est passé avec un large sourire en zone mixte après la rencontre, évitant soigneusement de parler de lui. «C’est juste une fierté pour moi, je suis content par rapport à tout ce qu’on a fait et à la performance de l’équipe aujourd’hui.» Les critiques sont-elles trop dures avec lui? «Je ne sais pas. J’essaye de me concentrer sur le terrain. Vous faites votre travail, j’essaye de faire le mien.»

«Les critiques vont l’endurcir»

Bref, pour parler Pogba, demandons plutôt à ceux qui le côtoient. «Aujourd’hui, il a prouvé qu’il avait un gros potentiel en étant un peu plus simple aussi dans son jeu, sourit Deschamps. Les critiques font partie de la vie d’un footballeur de haut niveau. Elles peuvent être dures, injustes mais ça va l’endurcir aussi.»

Le gardien Hugo Lloris enchaîne: «Je souhaite que ce but lui amène encore plus de confiance. C’est un grand, il a encore une grande marge de progression. Il est jeune, talentueux, et à l’image de l’équipe, il ne connaît pas encore trop ses limites.»

Alors que faire, continuer à l’installer comme titulaire pour enfin espérer un match plein ou lui préférer un Sissoko moins brillant, mais moins agaçant? «C’est un jeune joueur, vous avez tendance à l’oublier aussi, défend Matuidi. La marque des grands c’est de répondre dans les grands moments. Aujourd’hui il l’a fait, bravo à lui. On aura besoin de lui en quart de finale.» Avec son flegme habituel, Benzema enchaîne: «Il est critiqué? Eh bien on ne doit pas voir le même football alors. Pour moi c’est un jeune joueur mais déjà un très grand joueur. Bientôt, il fera partie des meilleurs au monde.» Personne n’en doute. Mais quand?