Eric Girard: «On garde les pieds sur terre»

BASKET Entretien avec l'entraîneur de Strasbourg (4e de Pro A)

©2006 20 minutes

— 

Eric Girard

Entraîneur de Strasbourg (4e de Pro A).

L’équipe est-elle redescendue de son nuage, après sa victoire éclatante, dimanche à Nancy (56-85) ?

C'est vrai que la fin de match était assez irréelle. Nous, le staff, n'avons vraiment savouré que pendant les cinq dernières minutes, car on voulait gagner le point-average particulier. Et puis il fallait éviter qu'un joueur se blesse. Quand on a commencé à parler de cette série de trois matchs face au Sluc (deux en Coupe Uleb, un en Championnat), il aurait été prétentieux de dire qu'on allait tous les remporter, vu le potentiel de Nancy et la blessure de notre meneur Lonnie Cooper. On l'a fait. C'est assez exceptionnel.

Vous marquez aussi les esprits avec votresérie de neuf succès lors des dix derniers matchs de Pro A…

Oui, mais on garde les pieds sur terre. J'ai déjà dit aux joueurs que je préférais gagner vingt-neuf fois d'un point plutôt qu'une seule fois de 29 points. On avance tranquillement, sans faire attention aux commentaires. Fin novembre, la SIG était une équipe très moyenne. Aujourd'hui, elle serait exceptionnelle. Je pense que la vérité se situe entre les deux. On reste 4e au classement, avec un poil de marge sur la concurrence. Il faudra concrétiser ça face à Dijon (6e) samedi.

Votre nouveau meneur, Trey Moore, n’a joué que quatre minutes à Nancy. Où en est son intégration ?

Elle va s'accélérer à partir de demain (aujourd'hui). Trey est à l'essai jusqu'à dimanche. On continue donc de « scruter » le marché tout en lui donnant la priorité. S'il y a le moindre doute à son sujet, il est possible qu'on prolonge sa période d'essai. De toute façon, il nous faut un meneur pour ne pas se retrouver dans la situation de Nancy, qui a aligné des blessés.

Recueilli par J. Sillon