Domenech veut plus de pouvoir

FOOTBALL Le sélectionneur des Bleus est candidat à la Direction technique nationale (DTN)...

— 

Le sélectionneur de l'équipe de France de football Raymond Domenech a expliqué qu'il avait passé "des nuits et des nuits de doute" pour composer sa liste des 23 pour le Mondial-2006, dimanche, au Centre technique national de Clairefontaine.
Le sélectionneur de l'équipe de France de football Raymond Domenech a expliqué qu'il avait passé "des nuits et des nuits de doute" pour composer sa liste des 23 pour le Mondial-2006, dimanche, au Centre technique national de Clairefontaine. — Olivier Laban-Mattei AFP

Après Raymond-la-science, Raymond-le-cumulard. Façon Jospin en 2002, Domenech annonce sa candidature dans un entretien à l'AFP. Toutefois, l'entraîneur de l'équipe de France ne brigue pas une présidence, mais une direction, La direction technique nationale (DTN) du football français. Un poste auquel il semblait tout désigné en tant que "fils spirituel" d'Aimé Jacquet, qui a pris sa retraite en janvier dernier, mais que l'usage semblait lui interdire. En effet, jamais un homme n'a cumulé le poste de sélectionneur avec celui de DTN. Il explique : «Le poste de DTN n'est pas qu'administratif. Le DTN est un inspirateur de politique, d'idées, de vision à long terme. Il ne fait pas, il fait faire, et fait fonctionner tout le football français. Donc c'est cumulable avec un poste d'entraîneur national parce que c'est un peu la même fonction, l'une est sur le football et le sport de l'élite, et l'autre sur le sport de masse. Après c'est un problème d'organisation».

«La grève, c'est mon rêve»

Dans son style si particulier, l'ancien défenseur rugueux de Lyon dit «ne pas avoir à convaincre»: «Les gens à la Fédération connaissent mes idées, mes capacités, mes qualités et mes défauts et jugeront si je suis apte à cumuler les deux fonctions». Et retrouve un peu du footballeur de gauche qu'il était dans sa jeunesse, ne préconisant rien d'autre qu'une grève pour éveiller les consciences: «Oui, une grève. Parce que le football est le sport qui mobilise le plus de gens, le plus de bénévoles et qui travaille sur de vraies valeurs: la solidarité, le respect, le travail. On ne parle que des défauts du football. C'est mon rêve, une journée sans éducateurs, sans bénévole, sans les parents qui emmènent les enfants en voiture à leurs risques et périls. On se rendrait compte de la portée éducative du football.»

Pour autant, Domenech ne veut «pas encore dévoiler (s)on programme. Il y a trop de candidats sur le coup et quelques idées que je me garde», se contentant seulement d'une idée force: «On doit aider le sport de haut niveau qui est l'émanation du sport de base. Parce qu'en travaillant pour développer le sport de haut niveau, on développe la base. L'un marche avec l'autre.»