Fair-play financier:Le PSG lourdement sanctionné, comme Manchester City

FOOTBALL Le club parisien a écopé d'une grosse amende et d'une limitation de son nombre de joueurs inscrits en C1...

Julien Laloye

— 

Jean-Claude Blanc et Nasser al-Khelaïfi lors du match entre Monaco et le PSG le 10 février 2014.
Jean-Claude Blanc et Nasser al-Khelaïfi lors du match entre Monaco et le PSG le 10 février 2014. — PDN/SIPA

Cela menaçait de tomber depuis plusieurs semaines, mais il faut croire que les négociations de dernière minute n'ont rien changé à l'affaire. L'UEFA a, comme prévu, officialisé les sanctions à l'encontre du PSG et d'un certain nombre d'autres clubs pour non respect du fair-play financier. Elles ne sont pas beaucoup moins contraignantes qu'annoncé, en dépit d'un communiqué jargonneux de l'UEFA qui a pu laissé penser le contraire.

Concrètement, le PSG s'est vu sanctionné d'une amende de 60 millions d'euros (40 seront remboursés si Paris rentre dans les clous en 2016) et ne pourra pas inscrire plus de 21 joueurs -au lieu de 25- sur sa liste pour la prochaine Ligue des champions, dont 8 devront avoir été formés localement (quatre au club, les autres en France pendant au moins trois ans avant 21 ans). Voilà pour les sanctions concrètes.

Pas touche à la masse salariale

Pour le reste, l'UEFA précise dans son communiqué «qu'elle a considérablement revu à la baisse le contrat entre le PSG et Qatar Tourism Authority», sans en préciser le montant. La chambre de contrôle du fair-play financier ajoute que «le PSG a accepté de réduire de manière significative ses dépenses sur le marché des transferts pour les deux ans à venir». mais là encore, pas de chiffre avancé, en tout cas pas celui de devoir dépenser 60 millions tout au plus sur un seul joueur.

En revanche, le PSG ne pourra pas non plus toucher à sa masse salariale pour les deux prochaines années. Finies, donc, les augmentations à la pelle pour contenter Thiago Silva ou Zlatan Ibrahimovic. Enfin, le club parisien s'est engagé à présenter un déficit maximum de 30 millions d'euros la saison prochaine, déficit qui devra être nul en 2016.

Manchester City, tout récent champion d'Angleterre, a été sanctionné dans les mêmes proportions. L'UEFA a également tapé -un peu moins fort- sur  Galatasaray, Zénith Saint-Pétersbourg, Bursaspor, Anzhi Makhatchkala, Rubin Kazan, Trabzonspor et Levski Sofia