L'Italie du football à quelques heures d'un aggiornamento

VIOLENCES Enterrement solennel du policier tué, réunion décisive à 16h30 pour l'avenir du Calcio...

S.A (avec AFP)

— 

no credit

Pouvoir politique versus marketing sportif. Alors que plusieurs milliers de personnes ont enterré lundi matin à Catane le policier tué samedi (photo) , la réunion extraordinaire de lundi après-midi, entre le gouvernement et les acteurs du foot italien, pourrait être (enfin) à la hauteur de la crise du calcio.

Face à l'émoi transalpin, si les ministres de l'Intérieur et de la Justice semblent décidés à «mettre en route une série de mesures importantes, certaines avec effet immédiat, d'autres stratégiques», le président de la Ligue de football italien a appelé «le spectacle à continuer». Entre les deux, le président du Comité olympique italien (Coni) tempère: «Le jouet s'est cassé et pour repartir, il faut réparer». Et de proposer quelques solutions.

Suspension de stades

Le Coni invite notamment la Fédération italienne à imposer des dispositions «qui prohibent tout rapport non vertueux des dirigeants, entraîneurs et joueurs avec les groupes de supporteurs.» Il l'a aussi chargé d'instaurer «une série de mesures urgentes concernant l'obtention des licences» pour les stades à partir de la saison 2007-2008. La première annonce semble viser directement certains présidents de clubs, accusés de laxisme voire de complicité vis-à-vis de groupes d'ultras, souvent d'extrème droite et à l'influence croissante dans les tribunes italiennes ces dernières années. Autre lacune visée par le Coni, les stades devront se conformer dans les mois à venir aux normes de sécurité en vigueur, sous peine de se voir retirer leur licence, ce qui pourrait imposer des matches à huis clos ou à disputer dans d'autres villes.

267 blessés depuis septembre

Pour l'heure, tous les championnats de football sont suspendus sur le sol italien. Ces dix dernières années, plusieurs lois ou décrets ont été adoptés en Italie pour réduire la violence récurrente autour des stades, mais ils n'ont jamais permis d'enrayer le phénomène. Lors de la première partie de la saison 2006/2007, 55 rencontres se sont terminées avec des blessés dans les trois premières divisions, avec 65 personnes touchées chez les civils et 202 parmi les forces de l'ordre, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur.

Photo: L'enterrement du policier, image en direct sur la  Rai Uno.