Les Canaris picorent un bon point

FOOTBALL Lille de la rédemption ? Trois jours après avoir éliminé le Losc (3e) en Coupe de France (1-0), les Canaris sont allés arracher un petit point dans le Nord (0-0), à l’occasion de la 23e journée de Ligue 1

— 

Lille de la rédemption ? Trois jours après avoir éliminé le Losc (3e) en Coupe de France (1-0), les Canaris sont allés arracher un petit point dans le Nord (0-0), à l’occasion de la 23e journée de Ligue 1. Ils restent malgré tout 18es au classement. A Villeneuve-d’Ascq, l’entraîneur Georges Eo avait composé un FCNA estampillé Catenaccio [basé sur une arrière- garde solide]. « Nous étions organisé pour bien défendre », reconnaissait le coach nantais à la fin de la rencontre.Devant Tony Heurtebis,qui remplaçait Fabien Barthez blessé à la cheville droite, il avait ainsi aligné une défense à cinq – avec l’intégration de Loïc Guillon en deuxième stoppeur - et un milieu à quatre, avec le seulDennis Oliech en pointe. Une tactique frileuse mais payante,à l’heure où « tous les points sont bons à prendre » pour les Jaune et Vert. « On s’est contenté du minimum,mais le contrat est rempli, estime, de son côté, le latéral droit Nicolas Savinaud, touché à la cuisse droite. Les Italiens ont bien gagné des titres en jouant comme ça ! » Les Canaris auraient même pu empocher la victoire sans deux erreurs d’arbitrage flagrantes – un but refusé à Oliech (12e) et un penalty non sifflé sur le même joueur (50e). A l’inverse,« ça s’est aussi joué à deux barres près », selonEmerse Fae (blessé à la cuisse), qui a suivi lematch devant sa télévisionmais qui devrait faire son retour contreValenciennes, samedi. En effet, par deux fois (Plestan et Makoun), les Nordistes ont buté sur la transversale d’Heurtebis. Samedi prochain, à domicile, face à un VAFC qui pourrait devenir un concurrent pour le maintien, les Canaris devront « bonifier » ce point, selon le latéral gauche Frank Signorino. Le défenseur Mauro Cetto prévient : «On sera plus offensif. Sinon, le ballon restera au milieu et les deux équipes chacunedans leur camp. »

David Phelippeau