Les Dogues digèrent mal le Canari

FOOTBALL La mauvaise semaine nantaise. Eliminé en 8e de finale de la Coupe de France mercredi (1-0, a. p.) par les Canaris, le Losc s'est contenté samedi d'un match nul (0-0) face aux hommes de George Eo, à l'occasion de la 23e journée de Ligue 1....

©2006 20 minutes

— 

La mauvaise semaine nantaise. Eliminé en 8e de finale de la Coupe de France mercredi (1-0, a. p.) par les Canaris, le Losc s'est contenté samedi d'un match nul (0-0) face aux hommes de George Eo, à l'occasion de la 23e journée de Ligue 1. « On les a pourtant mangés sur ces deux matchs », enrage Nicolas Plestan. Le défenseur lillois ne voit toutefois rien de dramatique dans le résultat vierge de samedi. « C'est au printemps qu'on verra si ces points perdus nous coûtent chers », relativise le Nordiste.

Au Stadium, le scénario était cousu de fil blanc. Lille a attaqué, parfois brillamment, a touché deux fois le poteau, mais ne s'est pas montré assez réaliste pour percer la défense des Nantais, venus à neuf pour protéger les cages de Tony Heurtebis, qui remplaçait Fabien Barthez, blessé. « Ce fut de l'attaque-défense pendant tout le match. Mais nous n'avons pas assez tiré au but, ni su provoquer le dernier geste », peste Claude Puel.

Conséquence : le Losc perd sa place de dauphin, alors qu'une victoire face au 18e du Championnat aurait dû lui permettre de s'enraciner durablement sur les cimes de la L1. L'enseignement est donc le même que mercredi. Lille a « fait preuve de beaucoup de maîtrise », selon son entraîneur, mais s'est montré « trop bienveillant ». En panne de réalisme, les attaquants des Dogues avaient pourtant beaucoup travaillé devant le but ces deux dernières semaines. « Ce n'est même pas de la maladresse, c'est de la malchance », estime Kevin Mirallas. Une « malchance » qui coûte chère.

Antoine Maes