XV de France: L’Australie, «quel plus beau challenge?»

INTERVIEW A écouter Philippe Saint-André, de nouvelles têtes devraient faire leur apparition dans le XV de France. ...

S.N. avec AFP

— 

Philippe Saint-André, manager de l'équipe de France de rugby, photo prise le 15 mars 2014.
Philippe Saint-André, manager de l'équipe de France de rugby, photo prise le 15 mars 2014. — Christophe Ena

Le manager de l'équipe de France de rugby Philippe Saint-André a évoqué «le beau challenge» que constitue la tournée de juin en Australie, où le mot d'ordre sera «positivité, envie, espoir» pour tenter d'enclencher enfin une dynamique de victoires.

Gardez-vous la conviction que votre groupe a progressé durant le Tournoi des six nations?

Oui. D'autant plus qu'il y a eu énormément de leaders qui ont été absents ou que l'on a perdu durant le Tournoi, comme Thierry Dusautoir, Fulgence Ouedraogo, Morgan Parra, Benjamin Kayser, Dimitri Szarzewski... Sur l'évolution, le Tournoi est meilleur que l'année d'avant, même s'il n'est pas satisfaisant. Il y a comme un goût d'inachevé. Notamment avec ce dernier match contre l'Irlande (défaite 22-20) qui est très positif sur le contenu. Mais une victoire aurait permis de valider l'évolution par rapport à l'année précédente. On va se remettre en question, staff comme joueurs, pour aller encore plus loin.

Quel sera votre objectif sur cette tournée ?

Il faut gagner des matches tout simplement. C'est la dernière tournée avant la Coupe du monde, elle va donc être importante sur le contenu, dans l'état d'esprit, dans la faculté des joueurs à se transcender. On y va avec énormément de positivité, d'envie et d'espoir. Quel plus beau challenge ? On va dans un des plus beaux pays du monde jouer trois test-matches, dans un sport qui est non seulement le métier des joueurs mais aussi leur passion. Ca ne doit être que du bonheur.

Les Wallabies semblent, eux, monter en puissance...

Les Australiens ont énormément progressé. Eux-aussi on renouvelé leur équipe après le Mondial-2011. Sur la dernière tournée au mois de novembre, ils ont montré énormément de capacités. Ils sont allés gagner facilement au pays de Galles, en Italie, en Irlande. Ca va être de très haut niveau mais ce n'est qu'en jouant les meilleurs que tu t'améliores.

Certains joueurs-cadres les plus sollicités seront-ils préservés ?

Oui, quelques-uns vont être mis au repos. J'ai eu des discussions avec des entraîneurs de Top 14 et certains en ont vraiment besoin car ils sont un peu brûlés. Ils ont besoin de récupérer et surtout de pouvoir faire une vraie intersaison avant cette année de Coupe du monde. Mais d'autres ont 30-35 matches et ont aussi une féroce envie de jouer en équipe de France.

Il y aura donc des nouvelles têtes ?

Oui, il y en aura quelques-unes. La liste des 31 va être annoncée mercredi mais comme il reste beaucoup de matches, on aura une liste de 5-6 joueurs qui seront suppléants. On est encore soumis aux aléas des blessures. A nous de trouver la bonne osmose entre joueurs d'expérience, joueurs en forme du moment, d'autres qui reviennent de blessure.

Le sort de votre prédécesseur Marc Lièvremont avait été réglé avant le Mondial-2011. Y pensez-vous ?

Sincèrement, non. Je me suis mis en mode Coupe du monde. Il me reste encore 17 ou 18 mois. J'ai l'énorme privilège de pouvoir vivre un Mondial avec le XV de France en Angleterre. Je ne sais pas du tout ce que je ferai au mois de novembre 2015. Et ça ne me pose aucun problème.