PSG: Yannick Boli, du vrai-faux départ au Real Madrid au championnat ukrainien

FOOTBALL Ancien espoir du PSG, il joue désormais à Lougansk, en Ukraine, après des mois de galère…

Antoine Maes

— 

Yannick Boli sous les couleurs du PSG, en juin 2008, au Parc des Princes.
Yannick Boli sous les couleurs du PSG, en juin 2008, au Parc des Princes. — MYSTY/SIPA

A l’été 2008, la rumeur l’envoie au Real Madrid. Mais six ans plus tard, c’est à l’extrême-est ukrainien, à deux pays de la frontière russe, que s’épanouit Yannick Boli.  «J’ai eu pas mal de galères, aujourd’hui je remonte la pente», souffle celui qui porte désormais les couleurs du Zariah Lougansk. Le même club depuis un an, et 12 buts cette saison, «J’enchaine les buts, j’ai pas mal de réussite», sourit Yannick Boli.

Ce ne sont pas vraiment des mots dont il s’est souvent servi au cours de sa carrière. Qui a donc commencé un jour d’août 2008, quand la France rigole en découvrant l’intérêt du Real Madrid pour le Parisien. «J’ai tellement entendu de versions que je ne sais pas si c’est le club qui ne voulait pas, si c’était le président ou Alain Roche. A chaud j’ai dit des choses qui m’ont dépassé. J’ai tourné la page, mais c’est pas tous les jours qu’un grand club comme ça cogne à votre porte», assure le joueur, convaincu que le mythique club espagnol a bien essayé de l’enrôler.

«J’ai un nom, et il suffit que je fasse un truc et c’est amplifié»

La suite ne sera forcément pas à la hauteur. En France d’abord, au havre et à Nîmes où il ne s’imposera pas. En Angleterre ensuite, où il passe huit mois sans clubs mais à enchainer les essais infructueux. «J’allais signer à QPR, qui était en premier League. Tout était prêt, j’avais trouvé un appartement, et le coach se fait virer. Après, c’est comme si j’avais fait un championnat, mais avec que des tests, j’en ai fait facilement une dizaine», raconte Yannick Boli.

Des mois de marasme, dont il sortira doucement en s’envolant pour la Bulgarie et le Chernomerts Bourgas, puis l’Ukraine. Avant de rentrer en France? «J’ai un nom, et il suffit que je fasse un truc et c’est amplifié. Aujourd’hui grâce à ce que je fais, je pourrai peut être jouer dans des grands clubs étrangers», imagine Yannick Boli. Aux dernières nouvelles, le Real Madrid, ne s’est toujours pas manifesté.