L'affaire Pereiro «classée» par l'autorité anti-dopage

S.A (avec AFP)

— 

Au classement général de Tour de plus en plus indécis, Pereiro devance désormais Sastre de 1 min 50 sec et Klöden de 2 min 29 sec.
Au classement général de Tour de plus en plus indécis, Pereiro devance désormais Sastre de 1 min 50 sec et Klöden de 2 min 29 sec. — Franck Fife AFP

Beaucoup de bruit pour rien. L'Autorité française de lutte contre le dopage (AFLD) a annoncé jeudi avoir «classé» les 11 dossiers de coureurs contrôlés positifs lors du dernier Tour de France. Parmi eux, celui d'Oscar Pereiro était le plus sensible. Deuxième de la dernière Grande Boucle derrière Floyd Landis (lui-même convaincu de dopage à la testostérone), le coureur espagnol est le potentiel vainqueur de l'épreuve.

Contrôlé positif au Salbutamol (l'équivalent de la Ventoline) à deux reprises lors du Tour, il a invoqué une «négligence» l'ayant fait oublier de transmettre à l'AFLD son autorisation d'usage thérapeutique. Fournie par l'Union cycliste internationale, cette autorisation est souvent sujette à suspicion, ainsi que le sous-entend le président de l'AFLD. Pierre Bordry regrette ainsi «qu'il ait fallu attendre autant de temps pour obtenir les justificatifs» et «entend rester vigilant en la matière».

Quoi qu'il en soit, le sort de Pereiro est réglé et ce dernier aura beau jeu de demander à nouveau que son gouvernement attaque le quotidien «Le Monde», à l'origine du pataquès médiatique. Si le quotidien semble avoir un peu "survendu" sa révélation, cette péripétie ne règle pas une question de fond: comment font les asthmatiques pour être si performant sur un vélo. Mais c'est un autre débat...