David Klein : «Strasbourg, c'est chez moi»

©2006 20 minutes

— 

David Klein, 33 ans, gardien des Chamois Niortais (19es de L2).

Né à Mulhouse, formé au Racing avec qui vous avez disputé huit matchs en pros, à quoi vous attendez-vous en retrouvant la Meinau demain soir (20 h) ?

Ce sera la première fois – si je suis titulaire – que je rejouerai dans ce stade avec le maillot adverse. Et cela aurait été un vrai regret de ne pas refouler la pelouse de la Meinau avant la fin de ma carrière. Avec l'expérience, je prends de plus en plus de plaisir à vivre ce genre de moments. Je garde de très bons souvenirs de mes dix années passées au RCS. Strasbourg, c'est chez moi et ça restera toujours mon club.

Avec Niort, vous luttez pour le maintien. Dans quel état d'esprit l'équipe aborde-t-elle ce match ?

On est dans une situation presque critique. Il y a le feu, mais les joueurs et l'entraîneur restent unis. L'état d'esprit est là. On sait qu'on n'est pas à notre place et qu'un succès peut nous faire remonter au 16e rang. On reste sur neuf défaites de suite à l'extérieur en Championnat. La logique voudrait qu'on perde. Mais on ne se présentera pas en victimes.

Vos coéquipiers sont-ils impressionnés à l'idée de jouer à la Meinau face au Racing de Jean-Pierre Papin ?

Non, les plus jeunes ne voient plus Strasbourg comme un grand club, car il fait souvent l'ascenseur. Et on vient de vivre deux moments bien plus impressionnants face à deux clubs de L1 en Coupe de France, en gagnant à Auxerre (2-2, 4 t. a. b. à 5) et en perdant de peu à Bordeaux (3-3, 5 t. a. b. à 4). C'est de nature à nous rassurer.

Recueilli par Jérôme Sillon