Football : La machine lyonnaise est grippée

©2006 20 minutes

— 

Coup de froid sur Gerland. Battu hier par Bordeaux (1-2) lors de la 21e journée de L1, l'OL a subi son deuxième revers d'affilée, onze jours après celui concédé à Toulouse (2-0). Un événement qui ne s'était plus produit depuis plus de trois ans. La formation de Gérard Houllier, qui avait été tenu en échec par Monaco (0-0) lors de son dernier match de Championnat disputé à domicile avant la trêve, conserve néanmoins 14 points d'avance sur son nouveau dauphin, Marseille.

Déterminés à infliger aux Lyonnais leur première défaite à domicile de la saison, les Girondins – dont la dernière victoire à Gerland remontait au 2 juin 1993 (2-3) – ont particulièrement bien manoeuvré leurs adversaires. Bien organisés et très agressifs dans les duels, les joueurs de Ricardo ont sauté à la gorge du quintuple champion de France dès le coup d'envoi. Lancé dans le dos de la défense lyonnaise suite à une balle récupérée au milieu du terrain, Jean-Claude Darcheville était fauché par Rémy Vercoutre dans sa surface. Francia transformait le penalty (3e). C'est encore sur un ballon perdu dans l'entrejeu que l'OL encaissait un deuxième but peu avant la demi-heure de jeu, au terme d'une belle action collective conclue de la tête par Micoud, esseulé dans la surface (27e). Les Lyonnais s'étaient pourtant octroyé la possession du ballon. Mais ils ne se montraient dangereux que sur coup de pied arrêté par Juninho, moins précis qu'à l'habitude (5e, 13e et 31e). Le stratège brésilien butait aussi sur un Ramé bien inspiré sur sa ligne (18e).

Les évènements obligeaient Gérard Houllier à lancer Milan Baros peu avant l'heure de jeu. Mais c'est son compère de l'attaque, Fred, qui réduisait le score d'une reprise de la tête sur un coup franc administré par Juninho (64e). Lyon faisait alors le forcing pour égaliser. En vain, Ramé s'interposant une dernière fois devant Juninho (76e).

Stéphane Marteau