Patrice Lair n’allait «pas rester à l’OL pour prendre (son) argent»

FOOTBALL L’entraîneur des féminines de l’OL quittera le club au terme de la saison à un an de la fin de son contrat…

Propos recueillis par Stéphane Marteau à Lyon

— 

Le coach lyonnais Patrice Lair, le 17 mai 2012, lors de la victoire de l'OL en finale de la Ligue des champions.
Le coach lyonnais Patrice Lair, le 17 mai 2012, lors de la victoire de l'OL en finale de la Ligue des champions. — AFP PHOTO / CHRISTOF STACHE

C’est par un simple communiqué que l’OL a annoncé ce mardi le départ de Patrice Lair qui quittera le 30 juin ses fonctions à la tête de l’équipe féminine. Arrivé à Lyon en 2010, le Briochin s’est constitué le plus beau palmarès du football féminin français puisqu’il a remporté deux Ligues des champions, trois titres de champions de France et deux Coupes de France. Mais gagné par la lassitude, il préfère s’en aller avant de faire la saison de trop.

Quelles sont les raisons qui vous poussent à quitter l’OL?

Au bout d’un moment, c’est difficile de trouver la motivation. J’ai besoin d’un autre challenge car je n’en ai plus à relever à l’OL où j’ai tout gagné. J’espère en trouver un autre même si je ne sais pas encore de quoi demain sera fait. C’est la raison pour laquelle la décision de mon départ a été prise assez tôt pour permettre à chacune des deux parties d’avoir le temps de se retourner. Je suis quelqu’un d’honnête et je n’allais pas rester là pour prendre mon argent.

C’est donc un choix personnel?

J’ai discuté avec le président Aulas et il m’a compris. On se quitte en bons termes. Le seul regret que je peux avoir, c’est de ne pas pouvoir être là lorsque le Grand Stade sera inauguré (début 2016). Mais pourquoi pas revenir dans quelques années dans une autre fonction.

Souhaitez-vous retourner dans le football masculin?

J’ai envie de gagner autre chose que je n’ai pas déjà gagné. Si on me propose un challenge intéressant dans le football masculin, pourquoi pas. L’OL m’a permis de me faire un nom et me permettra peut-être de trouver un nouveau club et un nouveau challenge. Mais je suis conscient qu’il y a des entraîneurs plus expérimentés qui sont au chômage. On verra. Mais je suis un funambule du football et je n’ai pas la peur du vide.

Est-ce que l’élimination prématurée en Ligue des champions et la première défaite en championnat concédé face au Paris SG (0-1) ont pesé dans la balance?

La défaite contre le Paris SG, je m’en bats les c… car nous serons champion de France. L’élimination contre Potsdam m’a fait mal et je m’en souviendrais longtemps. Quand nous sommes allés la semaine dernière à Rodez, j’aurai préféré disputé un quart de finale de Ligue des champions. Mais il faut passer à autre chose, aussi bien pour moi que pour les filles qui ont peut-être besoin d’un autre discours. En attendant, je suis bien décidé à remporter un nouveau titre de champion de France et une nouvelle Coupe de France afin de terminer sur une bonne note mon aventure à l’OL où on m’a donné les moyens de réussir pendant quatre ans.