À Marseille, la Bonne-Mère ne bénit plus l'OM

FOOTBALL Les fans de l'OM et les joueurs ne se rendent plus autant qu'autrefois en pèlerinage à la basilique...

Camille Belsoeur, à Marseille

— 

Parmi les ex-voto de la Bonne-Mère, les visiteurs peuvent admirer un fannion de l'OM.
Parmi les ex-voto de la Bonne-Mère, les visiteurs peuvent admirer un fannion de l'OM. — P.Magnien/20 Minutes

Au vu de la saison que traverse l’OM, il n’est pas insensé de se demander si les dieux du football ne s’opposent pas à José Anigo et ses hommes. La raison de cette hypothétique colère divine se trouve peut-être dans le moindre nombre de cierges brûlés en faveur du club en les murs de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde.

«Le dernier grand souvenir que j’ai de supporters marseillais qui sont venus en pèlerinage ici, c’était la veille de la finale de la Coupe de la Ligue en 2010, confie Monseigneur Bouchet, le recteur de la basilique. Ils m’avaient demandé de bénir pour eux leur banderole à l’effigie de l’OM.»

José Anigo en pèlerinage

Pourtant, un lien a longtemps uni le club de la cité phocéenne à la Bonne-Mère. En 1984, lors de la remontée en Division 1 de l’OM, les dirigeants et les joueurs marseillais montent les escaliers du lieu saint. Parmi la délégation un certain… José Anigo, membre de l’équipe des «minots», et le président Jean Carrieu, qui écrit ces mots sur le livre d’or de la basilique: «Action de grâce de l’OM montée en première division.»

Ces pèlerins pas comme les autres firent don au recteur de l’époque, Monseigneur Blanc, d’un fanion qui fût accroché parmi les ex-voto — une offrande faite à dieu en remerciement d’une grâce — de la Bonne-Mère.

«Aujourd’hui les gens viennent plus pour admirer la vue sur le stade»

Mais ce lien entre l’Olympique de Marseille et Notre-Dame-de-la-Garde n’est pas rompu. Récemment, les dirigeants marseillais ont contribué au financement des travaux de rénovation de la basilique, qui se sont achevés en 2008. Une plaque en bronze en témoigne sur le parvis. Et de nombreux amoureux de l’OM viennent encore se recueillir. Même si les pratiques ont changé. «Il y a toujours des supporters qui viennent ici, mais les gens viennent plus pour admirer le stade Vélodrome depuis les terrasses», note Magalie Chapus, la conservatrice du musée de Notre-Dame-de-la-Garde.

En revanche, les supporters des équipes visiteuses, viennent toujours en masse visiter les lieux les veilles ou les jours de match. Les dieux du foot s’en sont peut-être rendu compte.