Sotchi 2014: Philippe Candeloro a l’impression de servir «de bouc émissaire»

TELEVISION L'ancien patineur ne comprend pas que ses commentaires à l’antenne pendant les Jeux aient suscité autant de débats...

J.L.
— 
Philippe Candeloro, le 17 décembre 2013, à Paris.
Philippe Candeloro, le 17 décembre 2013, à Paris. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

«Le politiquement correct, ça fait chier. Je ne peux rien pour les gens coincés de la fesse. J’ai l’impression d’être leur bouc émissaire». Dans une interview accordée au Monde, Philippe Candeloro est resté droit dans ses bottes. Non, il ne commentera pas les championnats du monde de patinage artistique au Japon cette semaine sur France Télévisions, mais promis cela n’a rien à voir avec la lettre envoyée par le CSA à France TV en raison «de commentaires sexistes».

«Mon franc-parler est ma marque de fabrique»

«Le CSA a dû recevoir 150 lettres liées à la prestation d’ensemble des commentateurs de France Télévisions, déplore Candeloro. Or les épreuves de patinage artistique ont réuni 5 millions de téléspectateurs à chaque fois pendant les JO de Sotchi, et des sports à moindre audience dont les diffusions suivaient les nôtres en ont bénéficié. Mon franc-parler est ma marque de fabrique. Celui qui n’apprécie pas est libre de changer de chaîne, plutôt que d’essayer de me priver de ma liberté d’expression.» Sauf que les JO n’étaient pas diffusés ailleurs que sur France Télévisions..