Handball: Révélation de l’Euro, Valentin Porte veut sortir de sa «spirale négative»

HANDBALL Le jeune arrière international de Toulouse court après son meilleur niveau…

Nicolas Stival

— 

Le Français Valentin Porte (en bleu) face à la Biélorussie, le 21 janvier 2014
Le Français Valentin Porte (en bleu) face à la Biélorussie, le 21 janvier 2014 — JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Quatrième de D1, le Fenix reçoit jeudi la lanterne rouge dijonnaise (20h30). L’équipe toulousaine espère pouvoir compter sur un Valentin Porte revanchard. Le jeune arrière droit (23 ans), décisif lors du succès de l’équipe de France à l’Euro danois, en janvier, essaie de sortir de sa mauvaise passe actuelle.

Que dire de vos performances depuis le retour de l’Euro?

Le premier match avec le Fenix, à Tremblay (succès 23-27), s’était bien passé. Mais depuis, je suis dans le dur. Physiquement, je ne suis pas au top et j’ai du mal à récupérer… Je me trouve dans une spirale négative.

Comment le vivez-vous?

Ça me fait ch… Mais je me dis que c’est un mauvais moment à passer. Et puis, même si je vais moins bien, l’équipe continue à tourner. Samedi, à Ivry (28-30), c’était déjà mieux. J’espère que ça va être le déclic.

Vous avez pourtant été de nouveau retenu en équipe de France, mardi…

Malgré tout ça, j’ai été rappelé (sourire). C’est génial, je suis comme un gamin chaque fois que je suis sélectionné. Et puis, terminer la saison internationale avec cette Golden League au Danemark, sur la terre de notre succès… Il va falloir continuer à peaufiner nos automatismes.

Quid de votre avenir à Toulouse, où vous êtes sous contrat jusqu’en juin 2016?

Pour l’instant, je ne calcule rien. Je joue pour mon club, et je me sens très bien à Toulouse. Je suis au Fenix, et j’y serai encore la saison prochaine. Ensuite, on verra les opportunités qui s’offriront à moi. Mais ce sujet n’est clairement pas une priorité aujourd’hui.

Pensez-vous pouvoir conserver cette quatrième place de D1 jusqu’à la fin de saison?

Pour l’instant, nous y sommes, et il reste encore huit matchs. Les deux prochains adversaires (Dijon et Sélestat) sont prenables alors que Nantes a un déplacement compliqué (le cinquième se rend jeudi à Dunkerque, leader de D1). Si on pouvait faire le break dès ce week-end… Finir quatrième, ce serait magnifique et une belle récompense. Ce ne serait pas volé, car nous avons perdu contre les équipes mieux classées que nous, et gagné face aux autres.

Qu’est-ce qui peut casser votre dynamique actuelle?

La blessure d’un ou deux joueurs. Et puis, c’est du sport, on risque toujours de perdre notre place. Mais ce serait chiant (sic) de finir sixième ou septième… Surtout, il ne faut rien avoir à regretter.