Michel Rondeau : «Perdre à Paris ne serait pas un drame»

©2006 20 minutes

— 

Michel Rondeau, président des Spacer's.

Vous jouez samedi soir à Paris (leader de Pro A) un 8e de  finale de Coupe de France. Quelles sont vos chances ?

C'est du 50-50. En Championnat, nous n'avons perdu que 2-3 chez nous. En plus, un de leurs passeurs est plus ou moins blessé...

La Coupe est-elle un objectif pour vous ?

Non. Vu l'effectif assez limité dont on dispose, perdre à Paris ne serait pas un drame. Gagner la Coupe, cela veut dire se qualifier pour la Ligue des champions. Cela coûte très cher, et nous n'en sommes pas encore là.

Que vous manque-t-il ?

Nous sommes en train de nous battre partout pour récupérer des finances. C'est le nerf de la guerre. Si on veut vraiment jouer le haut de tableau, il nous faut un ou deux joueurs de plus. Nous aurions besoin de rajouter 150 000 e à notre budget de 900 000 e.

En Pro A, vous êtes 6es et restez sur quatre succès d'affilée. Les play-offs sont jouables...

Oui. On peut même viser les play-offs à quatre (les quatre premiers se disputent le titre de champion de France, les quatre suivants une place en Coupe d'Europe). Nous ne sommes pas favoris et jouons donc sans pression.

Recueilli par N. S.