Ligue 1: Toulouse passe «du désespoir à la magie»

FOOTBALL Le TFC a renversé une situation plus que compromise samedi face à Reims, pour finalement s’imposer (3-2). De quoi ouvrir son appétit pour la fin de saison…

Nicolas Stival

— 

Wissam Ben Yedder, auteur du but vainqueur du TFC contre Reims en Ligue 1, le 8 mars 2014 au Stadium de Toulouse.
Wissam Ben Yedder, auteur du but vainqueur du TFC contre Reims en Ligue 1, le 8 mars 2014 au Stadium de Toulouse. — F. Lancelot / Sipa

«Du désespoir à la magie.» L’expression du capitaine Jonathan Zebina, façon conte de fées à la Cendrillon, résume à la perfection les différents sentiments par lesquels sont passés le TFC et son maigre public, samedi contre Reims. Menés 0-2 après une première mi-temps atone et deux penalties concédés, les Violets semblaient partis pour prolonger leur série d’insuccès au Stadium, entamée le 30 novembre contre Sochaux (5-1).

«Wissam, c’est le talent à l’état pur»

Et puis… Reims a reculé, Toulouse s’est enhardie, avant de frapper trois fois entre la 75e et la 88e minute, par Serge Aurier, Eden Ben Basat et Wissam Ben Yedder. «Nous avons réussi à être plus efficaces, note Zebina. Il n’y a pas d’explication, car malheureusement il n’y a rien de rationnel.» Son entraîneur Alain Casanova pointe quant à lui la «remobilisation» de ses joueurs, l’entrée du milieu offensif Oscar Trejo et la montée en régime sur le flanc droit de Serge Aurier (un but, une passe décisive), en dedans jusqu’à la mi-temps.

Sans oublier le coup de génie de Ben Yedder. A deux minutes de la fin, le petit attaquant a enrhumé le capitaine rémois Tacalfred, puis marqué d'un tir croisé du droit, pour donner la victoire au désormais neuvième de L1. Sa onzième réalisation cette saison, la sixième lors des six dernières journées. «Wissam, c’est le talent à l’état pur, souligne son entraîneur. Ce but est extraordinaire, tout simplement.»

«La cinquième place est proche»

D’ordinaire prudent, Casanova se montre particulièrement offensif au moment de définir les ambitions de son équipe. «Avec 39 points, nous sommes près d’avoir atteint notre premier objectif, relève-t-il, en évoquant le maintien. La cinquième place est proche, et on revient à trois points de Reims (septième). Cela augure de bonnes choses. Cette équipe n’est pas toujours aidée. Le stade est en travaux (pour l’Euro 2016) et il y a peu de soutien du public. Mais il faut faire avec.»

«Nous allons jouer dix derniers matchs de guerriers, promet Serge Aurier. Cette saison, il y a vraiment la possibilité d’accrocher quelque chose, vu le bon état d’esprit du groupe.» Après la «magie» de cette soirée, peut-être que les 10 401 spectateurs officiellement recensés ce samedi contre Reims amèneront quelques copains, lors de la réception d’Evian-Thonon-Gaillard, le 22 mars.