Equipe de France/Nasri: «Ça m'embête de ne pas être aimé dans mon pays. Pourtant, je n’ai pas tué d’enfants»

FOOTBALL Le Français regrette la mauvaise image que nombre de Français ont de lui…

S.N.

— 

Le milieu de terrain de Manchester City Samir Nasri, le 14 décembre 2013.
Le milieu de terrain de Manchester City Samir Nasri, le 14 décembre 2013. — PAUL ELLIS / AFP

Auteur d’un but en finale de League Cup contre Sunderland (3-1) et non-sélectionné par Didier Deschamps en match de préparation contre les Pays-Bas mercredi au Stade de France, Samir Nasri a vécu une semaine riche en rebondissements.

Son absence dans la liste des 23 joueurs, malgré le forfait de Rio Mavuba, le conforte dans l’idée qu’il n’est pas apprécié dans l’Hexagone. «Ça m’embête de ne pas être aimé dans mon pays. Je n’ai pas tué d’enfant. J’ai juste insulté un journaliste», se défend le milieu offensif auprès d’un journaliste de L’Equipe. Selon lui, «le problème, c’est qu’on en fait beaucoup trop après l’Euro. J’ai eu une mauvaise réaction, certes. Mais on m’a provoqué. J’ai répondu.»