Pro A: Strasbourg dément avoir couvert une évasion fiscale de Ricardo Greer

avec AFP

— 

Ricardo Greer lors de la finale de Pro A entre Strasbourg et Nanterre le 29 mai 2013.
Ricardo Greer lors de la finale de Pro A entre Strasbourg et Nanterre le 29 mai 2013. — G.VARELA/20MINUTES/SIPA

Le club de basket de Strasbourg (ProA) a démenti samedi avoir couvert une éventuelle évasion fiscale de l'Américain Ricardo Greer, qui a brutalement quitté le club la semaine dernière.

Selon une information des Dernières Nouvelles d'Alsace, des raisons fiscales auraient pu motiver ce départ, officiellement motivé par des raisons personnelles.

Samedi, les dirigeants du club ont confirmé qu'il était sous le coup d'une procédure fiscale mais ont assuré avoir respecté «à la lettre» leurs obligations légales.

Au retour du match perdu samedi à Cholet (69-81) en Championnat, l'intérieur américain âgé de 36 ans avait demandé à partir pour des «raisons personnelles et familiales car il souhaitait rejoindre sa famille» aux Etats-Unis, a affirmé à la presse le président du club, Martial Bellon.

Le club prêt «à saisir les tribunaux»

Bien avant son départ, «la SIG avait été notifiée d'un avis à tiers détenteur. Ca veut dire que ça faisait longtemps qu'il ne touchait pas l'intégralité de son salaire puisqu'une partie était prélevée directement par l'État par notre intermédiaire», a assuré un autre membre du directoire, Nicolas Moncade.

Le club a ensuite informé la direction générale des finances publiques dès lundi du départ du joueur. «La SIG et son président, à la fois comme employeur et comme société responsable, ont respecté à la lettre leurs obligations légales, ce qui peut être aisément démontré», ont ajouté les dirigeants.

«II y a, à mon sens, un ensemble de raisons qui l'ont poussé à partir. (...) Il ne faut pas nous faire passer pour des gens qui voudraient couvrir une évasion fiscale. C'est d'une gravité incommensurable», a déclaré le président, «horrifié d'être ainsi attaqué».

Le club a précisé qu'il n'hésiterait pas «à saisir les tribunaux en cas de renouvellement de diffusion de fausses nouvelles». Le joueur n'était pas joignable samedi.