Football: Le port du voile approuvé samedi par l’International Board

FOOTBALL Qui ne voit aucune raison de s’y opposer…

avec AFP

— 

Les joueuses de l'équipe d'Iran de football courent avec leur drapeau  national à Amman, avant un match de qualifications aux JO-2012 contre  la Jordanie, qui n'a pas été disputé en raison de l'interdiction du  voile islamique, le 3 juin 2011.
Les joueuses de l'équipe d'Iran de football courent avec leur drapeau national à Amman, avant un match de qualifications aux JO-2012 contre la Jordanie, qui n'a pas été disputé en raison de l'interdiction du voile islamique, le 3 juin 2011. — AFP

Le port du voile ou du turban dans le foot doit être approuvé officiellement samedi par l'International Football Association Board (Ifab), organe garant des lois du jeu, qui après 20 mois d'essai ne voit aucune raison de s'y opposer.

Le Board doit entériner lors de son assemblée générale à Zürich un amendement permettant le port d'un couvre-chef pour les joueurs, à condition qu'il ne soit pas attaché au maillot et ne constitue aucun danger ni pour le joueur qui le porte, ni pour autrui (par un mécanisme de fermeture par exemple).

Une demande de la Confédération asiatique

Cette mesure, qui visait avant tout les femmes afin de permettre la pratique du football dans certaines communautés religieuses, sera valable aussi pour les hommes, afin d'éviter toute discrimination.

Si jusqu'en 2012 les instances dirigeantes du football interdisaient le port du hijab, sous prétexte des risques de blessures au cou ou à la tête pour les joueuses, le Board avait décidé de lever cette interdiction afin de tester le port du voile pendant deux ans, à la demande de la Confédération asiatique (AFC).

Au terme de cette expérience de plusieurs mois, le Board juge qu'"il n'y a pas d'indication allant dans le sens de l'interdiction d'un couvre-chef" si les consignes fixées sont bien respectées.

La Fédération française en a interdit le port à ses licenciées

L'Ifab s'apprête donc à trancher sur un dossier qui a agité à plusieurs reprises le monde du ballon rond. L'Iran, l'un des pays ayant le plus poussé pour son autorisation, avait ainsi porté plainte contre la Fédération internationale de football (Fifa) après que son équipe féminine avait été contrainte en 2011 de renoncer aux qualifications pour les jeux Olympiques de Londres en 2012.

A l'inverse, la Fédération française a interdit à ses licenciées le port du voile, afin «de respecter les principes constitutionnels et législatifs de laïcité» qui prévalent dans l'Hexagone.

Le débat avait aussi ressurgi au Canada en juin 2013, quand la Fédération québécoise de football s'était opposée au port du turban par des Sikhs sur les terrains. L'Ifab avait alors accepté d'étendre l'expérience aux joueurs de sexe masculin, ce qui avait permis de régler ce conflit.