En 2007, votez Platoche!

Stéphane Alliès

— 

Platini met en avant son statut d'ancien joueur en expliquant qu'il veut rendre le contrôle du football à ses acteurs? Le Suédois balaye l'argument: "Nous avons tous (ndlr: dans nos équipes) d'anciens joueurs qui connaissent le football".
Platini met en avant son statut d'ancien joueur en expliquant qu'il veut rendre le contrôle du football à ses acteurs? Le Suédois balaye l'argument: "Nous avons tous (ndlr: dans nos équipes) d'anciens joueurs qui connaissent le football". — Oliver Lang AFP/Archives

Avec Platini, un autre football est possible. L’ancien international français a dévoilé mercredi son programme sur le site de la Fédération française de football, en vue des élections à la présidence de l’UEFA, l’Union européenne du football.
La profession de foi du triple ballon d’or, élu meilleur joueur de la Juventus Turin de tous les temps, se compose de cinq grands «engagements», qui constituent «(sa) philosophie». Légitimité, solidarité, universalité, unité et exemplarité sont ainsi les grands thème de sa campagne.

Face au président sortant, le Suédois Lennart Johannson, garant du pouvoir en place donné favori, la candidature Platini se veut révolutionnaire… Celle d’un ancien joueur face à l’establishment, celle d’un footballeur voulant remettre le football au centre des décisions. Ainsi, il entend «redonner un bon partage des responsabilités» entre élus et administration et faire du Congrès de l’institution «un lieu de débat sur les grands sujets du football».

Platini propose également d’amplifier «l’effort de solidarité en redistribuant davantage de recettes générées par les compétitions». Une volonté de redistribution aux fédérations les plus pauvres, «afin d’établir une véritable égalité des chances dans l’Europe du football».

Sportivement, le Lorrain, qui est actuellement vice-président de la Fifa, propose notamment de «rééquilibrer la Ligue des champions en faveur des champions nationaux». Et donc au détriment des grands clubs italiens, anglais et espagnols. Cette déclaration de guerre larvée envers les «riches du foot» se retrouve aussi dans sa volonté de «consolider le triptyque Associations nationales-UEFA-Fifa», implicitement contre les tentatives de privatisation des compétition, type G14.

Enfin, celui qui fut l’organisateur de la Coupe du monde 1998 appelle à lutter «énergiquement contre tous les fléaux» du foot, qu’il énumère : «racisme, transactions financières douteuses, paris clandestins, dopage, dérives de la profession d’agent»…

Pour lire le programme de Michel Platini, cliquer ici

L'élection à la présidence de l'UEFA aura lieu le vendredi 26 janvier 2007 à Düsseldorf, en Allemagne. Pour l'heure, le scrutin devrait être serré, et même si Michel Platini compte sur les voix des récentes fédérations de l'Est, Johansson part favori et sait pouvoir compter sur le soutien de gros calibres, notamment celui de Franz Beckenbauer.