Ligue 1: Etienne Didot et Toulouse veulent «continuer à faire du jeu»

INTERVIEW Dans la foulée de son maître à jouer, le TFC se débarrasse peu à peu de son étiquette d’équipe ennuyeuse, même si le classement ne suit pas…

Nicolas Stival

— 

Le milieu de terrain toulousain Etienne Didot lors de la défaite du TFC contre Monaco (0-2), le 19 janvier 2014 au Stadium de Toulouse.
Le milieu de terrain toulousain Etienne Didot lors de la défaite du TFC contre Monaco (0-2), le 19 janvier 2014 au Stadium de Toulouse. — F. Scheiber / 20 Minutes

Malgré une concurrence très dense, Etienne Didot reste le patron du milieu de terrain toulousain. Encore excellent dimanche à Marseille (2-2), le Breton de 30 ans se penche sur la fin de saison du 13e de Ligue 1, qui reçoit Saint-Etienne vendredi. Par ailleurs, le vice-capitaine toulousain reste flou sur son avenir au sein d’un club où il évolue depuis 2008 et son arrivée de Rennes.

Que peut espérer le TFC cette saison?

Finir le plus haut possible, tout simplement. Pourquoi pas dans le premier tiers du classement? Si on réussit une petite série, on peut vite revenir sur le sixième ou le septième de L1. Nous voulons aussi continuer à faire du jeu comme depuis quelques semaines.

Après toutes les critiques émises sur le jeu du TFC, cela doit faire plaisir d’entendre enfin des compliments…

La saison passée déjà, les gens reconnaissaient par moments que nous jouions davantage et que nous étions plus portés vers l’avant. Cela s’est accéléré avec le changement de système (passage du 4-1-4-1 au 3-5-2, au printemps 2013). Auparavant, nous tendions vers cela, mais par périodes. S’il y avait des matchs moyens, nous faisions aussi de belles performances.

Sur le plan personnel, vous alignez les bonnes prestations…

Je suis content de ma saison. J’ai beaucoup joué au début, ça s’est très bien passé. En novembre, j’étais sur le banc, donc c’était dur d’être bon (sourire). J’ai repris à Nantes (1-2, le 14 décembre) et ensuite, j’ai enchaîné. Le coach (Alain Casanova) a fait des choix à un moment. C’est peut-être pour cela que je me sens bien physiquement aujourd’hui…

Cela a-t-il laissé des traces dans votre relation avec votre entraîneur?

Non. J’ai de bonnes relations avec lui. Il n’y a pas de soucis particuliers.

Vous êtes sous contrat jusqu’en juin 2015. Comment voyez-vous votre avenir?

Je ne le vois pas (sourire). J’ai envie de faire une belle saison, de continuer comme je le fais dès que j’ai eu la chance de jouer. Je me posais des questions il y a quelques années, plus maintenant.

Y a-t-il des discussions avec les dirigeants pour prolonger?

Non.

En général, quand un joueur arrive à un an du terme de son contrat, soit il prolonge, soit il part…

Il n’y a eu aucune discussion [avec les dirigeants]. Je fais mes matchs tout simplement. Je suis sous contrat.

Vous avez évoqué une fin de carrière à l’étranger…

Oui, mais je peux très bien rester à Toulouse encore plusieurs années… Je veux finir sur un truc sympa, exotique, quand j’aurai 34 ans. J’en ai 30, je suis en forme. Je pense avoir encore largement trois saisons dans les jambes à ce niveau.