Marseille : Un vote OM en faveur de Pape Diouf lors des municipales ?

Marseille FOOTBALL - Candidat déclaré à la mairie de Marseille, Pape Diouf a une cote de popularité toujours haute parmi les fans de l'OM. Mais chez les clubs de supporters, «on ne veut pas faire de politique»...

sportlocal

— 

Pape Diouf à Marseille le 4 février 2014.
Pape Diouf à Marseille le 4 février 2014. — Alain ROBERT/Sipa

Après des semaines d'hésitations - vraie ou fausse - Pape Diouf a annoncé sa candidature à la mairie de Marseille lundi à la tête d'une liste qui sera rendue publique d'ici le 3 mars. Président de l'OM de 2005 à 2009, l'homme jouit d'une belle popularité dans la cité phocéenne et encore plus auprès des fans de l'OM. Mais leur vote peut-il booster Diouf, challenger du maire UMP Jean-Claude Gaudin et de son opposant Patrick Menucci (PS) ?

Prudent, l'homme à la double nationalité franco-sénégalaise disait ne pas y croire lors de sa conférence de presse donnée mardi depuis le salon VIP du luxueux Palm Beach palace niché sur la Corniche. «L’OM m’a plongé dans la vie publique. Si cette expérience peut me servir c’est tant mieux mais je ne suis pas dupe pour croire que la sympathie peut se transformer en bulletin de vote.»

«Diouf est le dernier grand président de l'OM»

Du côté des ultras, on avance à reculons sur la question. «On ne veut pas se mêler à la politique, confie un responsable de club de supporters qui préfère rester anonyme. Le sentiment envers Pape Diouf est varié parmi nos membres. On se souvient de sa présidence mais au cours des dernières années certaines de ses interventions médiatiques sur l'OM sont restées en travers de la gorge de quelques uns.»

Pour Guillaume, trésorier des Yankees, «Diouf c'est le dernier grand président que l'OM a eu depuis l'ère Tapie. Il est grand aussi grand par sa taille que par son talent. Mais on est absoluement apolitique. On n'est pas plus content quand c'est un politique plutôt qu'un autre.

Le dossier brûlant du Vélodrome

Dans leur quête de l'hôtel de ville, les candidats draguent en tout cas le public marseillais. Jean-Claude Gaudin a programmé des rencontres avec plusieurs clubs de supporters lors de sa campagne. Au centre des attentions, le sort du stade Vélodrome qui est la propriété de la ville. L'opposition socialiste veut le vendre à un investisseur pour amortir son coût (un loyer de 12 millions sur trente ans reversé à Bouygues dans le cadre d'un Partenariat public-privé). Quand l'équipe municipale s'y refuse absoluement.

Dans ce débat, Pape Diouf tente d'ailleurs de se placer au dessus de la mêlée. «Le vélodrome, dit Gaudin, fait parti du patrimoine local. Le Vélodrome, dit Mennucci, coûte au contribuable. Le Vélodrome peut être vu différemment. Je ne suis pas contre la vente du stade mais il faut mettre des clauses d’utilisation.»