PSG: Le FC Nantes joue le match, cette fois?

FOOTBALL Ridiculisés (5-0) il y a quinze jours au Parc des Princes, les Canaris retrouvent le PSG, ce soir, en demi-finale de la Coupe de la Ligue...

A Nantes, David Phelippeau

— 

Blaise Matuidi (à gauche), face à Nantes, le 19 janvier 2014
Blaise Matuidi (à gauche), face à Nantes, le 19 janvier 2014 — THOMAS SAMSON / AFP

Les joues nantaises ont encore les stigmates de la claque… Il y a quinze jours, les Canaris ont pris de plein fouet les vagues parisiennes (5-0) au Parc des Princes. Ce soir (21 h), les hommes de Michel Der Zakarian retrouveront le PSG en 1/2 finale de la Coupe de la Ligue.

À quelques heures de ce choc, les images de l’humiliation s’entrechoquent encore. Les questions relatives à ce traumatisme aussi. «Si mes joueurs ne sont pas revanchards, s’ils n’ont pas envie d’aller au Stade de France, je serai très en colère, tonne l’entraîneur Michel Der Zakarian, qui devrait aligner une formation classique avec Veretout en soutien du trio offensif Bessat-Djordjevic-Gakpé. J’espère qu’on ne va pas les regarder jouer…» Sous-entendu, on ne va pas être spectateur comme il y a quinze jours.

Pancrate: «Un deuxième round»

Le PSG part-il avec un avantage psychologique de taille avant cette rencontre? «Paris, rien qu’à voir leur feuille de match, il a déjà un avantage psychologique sur tout le monde, balaie d’un revers de la main l’attaquant Fabrice Pancrate. Il n’a pas fallu attendre cette défaite pour savoir que les Parisiens sont au-dessus de nous et que ce sont les favoris.» Alors que Der Zakarian appelle le public «à sublimer les joueurs», Pancrate actionne un autre levier: «L’orgueil, tu dois en avoir. La fierté a été touchée, tu dois relever la tête mais ça ne suffit pas d’employer des mots. Place aux actes. Cette défaite a été cinglante. C’est comme si on avait refusé le combat. Demain (ce soir), c’est le deuxième round.»