Facebook: L’énorme succès des «phrases qu’on peut entendre qu’au niveau District»

FOOTBALL Cette page qui regroupe 163.000 membres, regorge d’expressions savoureuses…

R.S.

— 

Capture d'écran de la page Facebook «Les phrases qu'on peut entendre qu'au niveau District»
Capture d'écran de la page Facebook «Les phrases qu'on peut entendre qu'au niveau District» — 20 MINUTES

Au nombre de «like» Facebook, ils seraient 8e de Ligue 1, juste derrière Saint-Etienne. Avec 163.000 sympathisants, le groupe «Les phrases qu’on peut entendre qu’au niveau District» réalise depuis deux ans un véritable carton. Le principe? Recenser les perles des footballeurs du dimanche, à la langue souvent beaucoup plus pendue que les joueurs de l’élite. Où il est beaucoup plus question de merguez grillée et d’herbe grasse que de taxe à 75%.

Parmi les phrases les plus savoureuses, le fameux «rentre ton ventre, t’es hors-jeu», «T’es moins bon quand tu ne bois pas la veille», «Et si vous êtes pas content, et ben prenez l’drapeau!» ou «A ton âge, moi au moins je jouais en A». Un condensé de foot amateur qui fait aussi office de plate-forme de discussion, tous les week-ends entre joueurs du dimanche. «Au départ j’ai créé ce groupe en utilisant des phrases que j’entendais dans mon vestiaire, de la part de mon coach, mes coéquipiers, les arbitres, explique Alex, le fondateur de la page. Le football en District est vraiment atypique, on y trouve des perles comme nulle part ailleurs. C’est pour cela que la page a rapidement explosé, ce sont des choses vraies qui parlent à tous les footeux.»

La même page aux Etats-Unis?

La popularité de sa page l’a même conduit à éditer un premier livre, puis un deuxième, mais aussi des produits dérivés, disponibles sur une boutique en ligne. Pour que le succès profite aussi au monde amateur, le créateur du groupe a établi un système particulier: «Les personnes qui s’inscrivent en tant que clubs ont des prix privilégiés et peuvent ainsi revendre nos produits dans leurs clubs, au stade… pour les aider à remplir les caisses», explique cet ancien joueur de quatrième équipe du club de La Montagnarde. Désormais exilé aux Etats-Unis, il n’exclut pas la transposition de sa page Facebook au modèle américain.