PSG: Laurent Blanc invite les journalistes à «passer leur diplôme d'entraineur» pour remplacer Cavani

Julien Choquet

— 

Laurent Blanc, l'entraîneur du PSG, le 8 janvier 2014, à Brest.
Laurent Blanc, l'entraîneur du PSG, le 8 janvier 2014, à Brest. — FRED TANNEAU / AFP

«Venez à Clairefontaine, passez vos diplômes et tentez, prenez une équipe.» D’un ton amusé, Laurent Blanc a voulu asseoir son rôle d’entraîneur aujourd’hui après les nombreuses questions qui ont tourné autour de la blessure de Cavani, et de ses futurs choix en l’absence de son buteur uruguayen. Concernant les différents systèmes qui s’offrent à lui aujourd’hui, le technicien parisien a mis en avant son éventail de choix, rappelant que «tout peut être une éventualité, et que l’équipe, peu importe le système donne entièrement satisfaction depuis le début de la saison».

Revenant sur le cas Javier Pastore et la possibilité que l’Argentin prenne la place de Cavani sur le côté droit, il a rappelé  «qu’il pouvait jouer à un poste excentré sur la feuille de match, et garder un rôle de milieu dans lequel il est bien depuis un mois».  Un choix qui libérerait une place dans le milieu parisien: pour Cabaye? Laurent Blanc s’est voulu rassurant sur la forme de l’international français: «Physiquement il est bien, même si il a connu une période délicate car il ne savait pas trop où il allait jouer après le mercato. Désormais il est bien à  Paris et il s’est fondu dans le groupe de manière naturelle. Si je dois faire appel à lui, il sera prêt».

Puisque cela n’avait pas l’air d’intéresser grand monde, Laurent Blanc a tenu à rappeler aux journalistes l’ordre du jour: la demi-finale contre le FC Nantes, qu’il juge «très importante». Le coach parisien se méfie de la réaction des Canaris après la gifle reçue au Parc il y a quinze jours: «Oui il risque d’y avoir un sentiment de revanche. C’est un match qu’il faut gagner, le plus important étant de passer le tour, d’autant plus que la finale est à Paris, au Stade de France».