Nantes-PSG: Moissy-Cramayel attend le jackpot avec Djilobodji

FOOTBALL Le futur départ du défenseur nantais profitera à son ex-club...

A Nantes, David Phelippeau

— 

Le défenseur nantais Djilobodji célèbre la victoire du FC Nantes contre Evian, le 5 octobre 2013, à La Beaujoire.
Le défenseur nantais Djilobodji célèbre la victoire du FC Nantes contre Evian, le 5 octobre 2013, à La Beaujoire. — FRANK PERRY / AFP

L'argent va tomber du ciel, cet été, pour le club de Moissy-Cramayel (CFA 2). Si le défenseur Papy Djilobodji quitte le FC Nantes pour être vendu à un autre club, Moissy, qui a accueilli le Nantais à son arrivée en France en 2009, touchera 10% de la plus value-financière réalisée par le FCN, qui affronte le PSG mardi en demi-finale de la Coupe de la Ligue. Sachant que Djilobodji a été acheté 100 000 € par le FCN à Moissy…

A ce jour, beaucoup estiment la valeur marchande du Sénégalais à 6 millions d'euros minimum. Moissy pourrait toucher 10 % de 5, 9 millions d'euros (1 million moins 100 000 €), soit 590 000 d'euros. Un apport substantiel pour un club au budget de 630 000 €. Ce pourcentage a été négocié entre le président de Moissy et le président Kita lors de la venue de Djilobodji à Nantes en 2010. Il n'a donc aucun rapport avec le mécanisme de solidarité FIFA [somme donnée à un club qui participe à la formation ou l'éducation d'un joueur transféré ensuite].

Le président de Moissy: «N'hésitez pas à faire l'apologie du joueur dans les journaux aussi»

«Ce n'est pas mal négocié pour un petit club de Seine-et-Marne, plastronne Laurent Le Houëzec, le président de Moissy. Quand j'entends qu'il y a des clubs étrangers qui sont sur lui et que son prix monte, c'est tout bénef pour mon club ! D'ailleurs, dites bien qu'il faut qu'il parte l'été prochain, n'hésitez pas à faire l'apologie du joueur dans les journaux aussi».

Lorsqu'en 2009, Moissy (CFA) a accueilli le Sénégalais, le président était très loin d'imaginer que ce garçon lui rapporterait autant. «On décelait des qualités chez lui, mais ce n'était pas non plus un phénomène, se souvient le président de Moissy. Il venait juste de quitter son pays et avait de grosses lacunes tactiques. Je ne me suis jamais dit : Ce mec va percer au plus haut niveau». En attendant de rapporter un demi-million d'euros (ou plus) à Moissy, Papy Djilobodji peut déjà aider son club à atteindre la finale de la Coupe de la Ligue en tentant de museler Zlatan Ibrahimovic.