Michael Schumacher en phase de réveil progressif

ACCIDENT Les médecins ont commencé à diminuer les sédatifs administrés au pilote allemand, qui entame un processus long et difficile…

A Grenoble, Manuel Pavard

— 

La porte-parole de Michael Schumacher, Sabine Kehm, à Grenoble le 1er janvier 2014.
La porte-parole de Michael Schumacher, Sabine Kehm, à Grenoble le 1er janvier 2014. — Micha Will/DDP IMAGES/SIPA

L’équipe médicale a donc bien entamé le processus de réveil de Michael Schumacher, plongé dans un coma artificiel au CHU de Grenoble depuis son grave accident de ski, le 29 décembre dernier, à Méribel. Après avoir démenti la veille les informations du site internet de L’Equipe, qualifiées de « spéculations », la porte-parole du pilote allemand a finalement fait volte-face ce jeudi, devant la pression médiatique.

« Aucun renseignement sur les étapes intermédiaires »

« Les sédatifs administrés à Michael sont depuis peu diminués afin d'entamer un processus de réveil, qui pourra durer longtemps », a ainsi annoncé Sabine Kehm, dans un communiqué. « Initialement, il était clairement convenu entre toutes les parties intéressées de ne communiquer cette information médicale que lorsque ce processus serait consolidé, cela afin de protéger la famille. Nous ne donnerons aucun renseignement sur les étapes intermédiaires », a-t-elle ajouté.

Les journalistes, qui avaient totalement déserté les lieux depuis près de trois semaines, font petit à petit leur retour devant l’hôpital, mais en nombre bien plus réduit. Un signe qui ne trompe pas. Tous ont en effet conscience que le processus sera long et compliqué et personne ne s’attend à des révélations spectaculaires dans les heures à venir.

« La route peut être encore très longue »

Les médecins décident généralement de la sortie du coma artificiel une fois que la pression dans la boîte crânienne est redevenue basse et stable. « Quand on enlève doucement la sédation et que la pression reste correcte, cela détermine l'arrêt complet du coma artificiel », indiquait le Pr Gérard Audibert, responsable de l'unité de réanimation neurochirurgicale de l'hôpital universitaire de Nancy. Le patient revient alors à son « état de base clinique ». Il peut rester dans le coma - cela arrive - ou bien se réveiller progressivement. A la sortie du coma artificiel, les médecins sont attentifs aux réactions du patient, essayant de communiquer avec lui par des stimulations verbales ou des ordres simples.

Cependant, même s’il parvient au terme de cette phase, Michael Schumacher ne sera pas encore au bout du tunnel. « La route peut être encore très longue et on a vu des patients s'améliorer entre un et trois ans après un accident », selon l'anesthésiste-réanimateur Bernard Vigué, du CHU de Bicêtre. Pour le Pr Patrick Mertens, chef de service de neurochirurgie au CHU de Lyon, « la récupération fonctionnelle s’annonce très difficile ». Après un coma artificiel aussi long et les divers hématomes au cerveau, notamment dans la partie gauche – qui contrôle la zone du langage -, « il est difficile d’imaginer un réveil sans séquelles », estimait le neurochirurgien lyonnais. Déjà septuple champion du monde de Formule 1, Michael Schumacher entame l’un de ses plus durs et gros combats.