Saut à la perche: Le record de Lavillenie non homologué à cause d’un contrôle anti-dopage fait par une femme?

ATHLÉTISME e Clermontois avait réalisé 6,04m samedi dernier à Rouen…

J.L.

— 

Renaud Lavillenie, champion olympique du saut à la perche, ne trouve "rien d'alarmant" dans ses débuts en plein air effectués sur la pointe des pieds, samedi à Des Moines (Iowa) aux Drake Relays, où il a pris la 3e place ex aequo avec un modeste saut à 5,50 m.
Renaud Lavillenie, champion olympique du saut à la perche, ne trouve "rien d'alarmant" dans ses débuts en plein air effectués sur la pointe des pieds, samedi à Des Moines (Iowa) aux Drake Relays, où il a pris la 3e place ex aequo avec un modeste saut à 5,50 m. — Adrian Dennis AFP

Ce n’est a priori qu’un contretemps mais il vaut le détour. Le record de France en salle de Renaud Lavillenie, 6,04m le week-end dernier à Rouen, n’a pas été homlogué. La raison ? «Un contrôle anti-dopage réalisé par une femme», selon le champion olympique de Londres, qui donne des précisions sur son compte Facebook

«Obligé de refaire un contrôle anti dopage pour valider le record de france car c'est une femme qui a rédiger la déclaration du contrôle au lieu d'un homme pour le valider. Mon urine se modifie sous le stylo d'une femme ? ! ? Tout en sachant que ce même processus fait sur une compétition internationale a l'étranger serait validé. C'est beau la législation antidopage française différente de la législation internationale.»

Un peu plus sexiste, surtout  ?  Pas vraiment, c'est juste que les réglements prévoient qu'il faut au moins une personne du même sexe de l'athlète pour pouvoir procéder à un contrôle anti-dopage en bonne et dûe ferme, pour des raisons évidentes d'intimité.