Djibril Cissé : «Je ne suis pas là pour me tourner les pouces»

©2006 20 minutes

— 

Djibril Cissé, attaquant de l'OM.

Vous avez repris la compétition il y a quinze jours, après six mois d'arrêt en raison d'une fracture tibia-péroné. Comment vous sentez-vous ?

Sur le terrain, je n'ai pas eu d'appréhension et, physiquement, ça va bien. C'est la raison pour laquelle j'étais mécontent quand je suis sorti à l'heure de jeu, samedi à Nancy [2-0, 18e journée de L1] . Car je pensais pouvoir encore apporter à l'équipe. Mais le staff n'a pas voulu prendre de risque. Je me suis d'ailleurs excusé de mon comportement auprès du coach. Ce n'était pas une attitude à avoir.

Que vous a enseigné cette longue absence ?

Ces six mois m'ont appris à être patient. Ma convalescence s'est mieux passée que lors de ma première fracture [en octobre 2004]. C'était plus facile à gérer, parce que je savais que je pouvais revenir. Mais les dernières semaines étaient dures. Je me sentais prêt à reprendre, mais il fallait attendre le feu vert médical.

Vous êtes perçu comme un véritable leader. Est-ce une pression supplémentaire ?

Non. Honnêtement, ça ne me déplaît pas qu'on me donne ce rôle. Crier, râler, je sais faire. Et s'il faut gueuler, je le ferai. Je ne suis pas venu à Marseille pour me tourner les pouces, rester une saison et repartir en Angleterre.

Pensez-vous que la Ligue des champions reste envisageable, alors que l'OM est 7e à cinq points du dauphin, Lens ?

Evidemment, en jouant comme on l'a fait à Nancy, ça risque d'être dur. Mais ce match ne reflète pas le vrai potentiel de l'équipe. Il faut retrouver de l'envie et de la percussion, comme en début de saison. La réception de l'AS Saint-Etienne, vendredi [19e journée de L1], peut être un tournant de la saison. En prenant trois points, on recollerait aux prétendants à l'Europe. Avant de démarrer un nouveau Championnat en janvier 2007.

Recueilli par Sandrine Dominique

De retour de Capbreton, où il soignait une pubalgie, Franck Ribéry était hier à la Commanderie. Après plus d'un mois d'absence, le milieu offensif de l'Olympique de Marseille s'est dit « ravi de retrouver le club et ses coéquipiers ». Toutefois, l'international tricolore ne reprendra véritablement l'entraînement que le 31 décembre : « Même si j'ai bien travaillé, même si je ne ressens plus de douleur, je préfère ne pas prendre de risque pour rejouer tranquillement après la trêve. » Laura Peretti