PSG: Yohan Cabaye est-il la recrue idéale pour Paris?

FOOTBALL Le milieu de Newcastle pourrait renforcer le milieu de terrain parisien avant la fin du mercato…

Romain Scotto
— 
Le joueur français de Newcastle, Yohan Cabaye, lors d'un match de Permier League contre Manchester United, le 26 novembre 2011.
Le joueur français de Newcastle, Yohan Cabaye, lors d'un match de Permier League contre Manchester United, le 26 novembre 2011. — REUTERS

Dans quelques semaines, l'entrejeu parisien pourrait bien rivaliser avec l’A7 dans le sens des départs au mois d’août. Un brin embouteillé. Mais avec la blessure de Rabiot et le départ probable de Pastore, une recrue au milieu ne serait pas de trop pour un club engagé sur quatre fronts. Pisté depuis longtemps par Laurent Blanc, Yohan Cabaye pourrait donc renforcer le PSG avant la fin du mercato. Un montant de 25 millions serait demandé par Newcastle pour un joueur qui prendrait un gros risque en changeant de club à cinq mois de la Coupe du monde.

Un profil de relayeur précieux. Moins actif que Matuidi et Motta à la récupération, Cabaye possède cette appétence pour les percées vers l’avant caractéristique du jeu de Verratti. «Il peut y avoir doublon» indique Yann Lachuer, l’ancien meneur parisien qui passe actuellement son DEPF. «Déjà au niveau du gabarit. Et puis dans le jeu, c’est un numéro 10 un peu en retrait. Il est plus dans ce registre-là. Il est moins dans l’agressivité, le volume de jeu.» Mais Cabaye possède un petit plus par rapport au relayeur italien : la précision sur les coups de pieds arrêtés.

Un challenge personnel intéressant. Changer de club à quelques mois de la Coupe du monde n’est jamais sans risque pour un international «installé». Cadre dans une équipe «moyenne» de Premier League, Cabaye n’a peut-être pas envie de devenir un joueur lambda chez un cador européen. Du moins pas tout de suite. «C’est un risque à prendre, poursuit Lachuer. Le PSG de maintenant n’est pas comparable au Newcastle d’aujourd’hui. C’est une autre philosophie, une autre catégorie de club. En restant à Newcastle, il va rester dans un confort.» Mais il se prive aussi d’une exposition en Ligue des champions, une compétition pour laquelle Paris compte sur lui dans la mesure où il peut être inscrit sur les listes UEFA.

Il connaît Laurent Blanc et la Ligue1. «Un joueur merveilleux, intelligent, qui sent le foot». Il y a trois ans et demi contre la Norvège, voilà comment Laurent Blanc présentait le joueur qu'il lançait en équipe de France. II vantait déjà son «QI footballistique». De fait, Cabaye connait aussi très bien Jean-Louis Gasset, l’adjoint de toujours de Blanc qui ne l’a jamais vraiment quitté des yeux. «Tactiquement il est très fort. Techniquement, il joue juste. Mais il a aussi pris une autre dimension physique avec Newcastle. Il tient beaucoup plus longtemps le rythme.» Autre avantage, Cabaye parle français ce qui n’est pas si inutile dans une équipe où l’espéranto risque de devenir la LV1.