Coupe de la Ligue : Pour Rémi Garde, « il faut se garder d'annoncer le résultat du match avant de le jouer »

Stéphane Marteau à Lyon

— 

Rémi Garde le 5 mai 2013 à Nancy.
Rémi Garde le 5 mai 2013 à Nancy. — POL EMILE/SIPA

 Préposé au tirage au sort des demi-finales de la Coupe de la Ligue, Sidney Govou a eu la main heureuse pour l'OL, le club qui a fait sa renommée, en lui offrant Troyes (L2) comme adversaire, le 4 ou le 5 février prochain au stade de Gerland. Milan Bisevac n'a pas tardé a exprimer sa satisfaction. « Merci Sidney pour ce tirage clément !!! » a ainsi réagit le défenseur serbe sur son compte Twitter.

Rémi Garde est resté beaucoup plus mesuré. Pour l'entraîneur lyonnais, la route qui mène au Stade de France est loin d'être dégagée. « C'est bien de jouer à Gerland car nous avons quand même quelques repères ici, a-t-il commenté mercredi à l'issue du succès obtenu face à l'OM (2-1). Mais en Coupe, il n'y a rien de facile. On l'a encore vu hier (mardi) dans une autre coupe nationale (en référence à l'élimination de Saint-Etienne contre l'AS Cannes en 32e de finale de la Coupe de France). On va essayer de franchir cette nouvelle étape en espérant pouvoir retourner au Stade de France comme il y a deux ans. Le calendrier est chargé. Il faudra bien récupérer et se garder d'annoncer le résultat du match avant de le jouer et peut-être qu'on aura une chance. »

Ce match contre Troyes aura une saveur particulière pour Bafétimbi Gomis qui a évolué durant six mois à l'ESTAC où il avait été prêté il y a neuf ans par l'AS Saint-Etienne. « Ca me fera plaisir de les recevoir », déclare l'attaquant international qui recommande de ne « surtout pas sous-estimer cette équipe » dirigée par son ancien entraîneur, Jean-Marc Furlan, « un grand tacticien. » « Mais nous serons quand même à un match du Stade de France et il sera important d'avoir faim », lance le buteur lyonnais.