Coupe de la Ligue: Le FC Nantes qualifié au terme d'un match dingue

FOOTBALL Au terme d'un match au scénario incroyable, les Canaris ont battu (4-3) Nice et se sont qualifiés pour les demi-finales...

David PHELIPPEAU à Nantes

— 

Le FC Nantes victorieux de Nice en Coupe de la Ligue, mercredi soir.
Le FC Nantes victorieux de Nice en Coupe de la Ligue, mercredi soir. — Franck Perry / AFP

Pour une soirée, la Beaujoire, s’est transformée en stade anglais. Une pluie fine mais incessante, des buts à gogo, un scénario à vous en faire perdre la raison. Devant 12 000 chanceux, le FCN a réussi à s’inviter dans le dernier carré de la Coupe de la Ligue en battant (4-3) Nice. A la pause, peu auraient misé un radis sur les Canaris tant ils avaient été fébriles et sans idées. Pire, Nantes était mené (0-1).

Un scénario dingue, des buts à gogo...

Au coin du buffet des journalistes, on devisait déjà sur une fin de saison qui allait manquer de saveur, le FC Nantes étant sur la voie du maintien en L1. Puis, tel un feu d’artifice, tout est parti dans tous les sens en deuxième période. Djordjevic a réalisé un doublé en quatre minutes. Nice s’est accroché et est revenu. Une fois (2-2). Puis deux fois pour répondre au but de la tête de Vizcarrondo. «Ça allait dans tous les sens, de tous les côtés, raconte Issa Cissokho. On était plus frais en deuxième mi-temps, c’est un phénomène bizarre...»

Gakpé marque d'un tir de plus de trente mètres

De toute façon, rien ne fut vraiment rationnel dans le second acte. Le gardien de but Riou, habituellement impeccable, était étrangement fébrile. Alors qu’on semblait s’acheminer vers la prolongation, Gakpé, à l’origine des trois premiers buts nantaise, décochait un tir de plus de trente mètres dans le petit filet du gardien de but niçois (87e, 4-3) dans une ambiance assez folle... «C'est difficile à accepter, analyse, très déçu, l'entraîneur niçois Claude Puel. On est passés par tous les états. Ce scénario est dur pour mes joueurs. Cette élimination fait mal.»

Nice dangereux jusqu'au bout

 «Le fait de marquer ce quatrième but nous a libérés», estime, de son côté, l’entraîneur nantais Michel Der Zakarian. Mais ça n’a pas soulagé le public nantais qui a souffert jusqu’au bout devant les assauts incessants des Azuréens. «C’est dommage de se faire rejoindre à chaque fois comme ça, conclut le coach nantais. Mais la finalité est belle. On est dans le dernier carré. C’est ce qu’on voulait. On a touours l’espoir d’aller au stade de France.» L’espoir a effectivement pris encore un peu plus d’épaisseur.