Paris Foot Gay: «Les propos d’Alex ne sont pas homophobes, mais ce sont les racines de l’homophobie»

FOOTBALL Le défenseur du PSG a tenu des propos douteux dans une émission de Canal +…

Antoine Maes

— 

Alex, le défenseur du PSG, le 9 novembre 2013 au Parc des Princes contre Nice.
Alex, le défenseur du PSG, le 9 novembre 2013 au Parc des Princes contre Nice. — FRANCK FIFE / AFP

«Dieu aurait créé non pas Adam et Eve mais Adam et Yves.» Cette phrase d’Alex prononcée dans le documentaire de Canal + «Enquête de foot» mercredi soir n’est pas passée inaperçue. Homophobe, le défenseur du PSG ? Ce n’est pas exactement le point de vue du Paris Foot Gay, par ailleurs partenaire du club parisien dans la lutte contre l’homophobie. Interview de Jacques Lizé, le porte-parole du PFG.

Comment interprétez-vous les propos tenus par Alex sur Canal + mercredi soir ? 

Nous sommes dans une République laïque, et nous, nous sommes une association 100% républicaine. Et en vertu de ça, notre position est claire :  il ne faut pas trop faire intervenir la religion dans autre chose qu’elle-même. L’opinion religieuse d’un footballeur, c’est son opinion à lui. Ce monsieur a le droit de penser ce qu’il veut. Tant qu’il n’est pas dans l’incitation à la haine, et ce n’est pas le cas pour le moment, il a le droit d’exprimer ce qu’il veut.

Selon vous, est-ce que ce sont des propos homophobes ? 

Ils ne sont pas à proprement parler homophobes, mais ce sont les racines de l’homophobie. C’est en partant de conceptions comme celle-ci qu’on arrive à l’homophobie. Qu’est-ce qu’on fait, quand on dit que Dieu a créé Adam et Eve et pas Adam et Yves ? On crée une norme. On dit que la norme c’est l’hétérosexualité, donc on stigmatise comme hors-norme les homosexuels. A partir de ce moment-là, il est très facile de les stigmatiser, de les discriminer voire de les exterminer. Alex peut très bien s’arrêter là et ne rien faire d’autre et ce n’est pas homophobe. Mais si les gens qui l’écoutent décident de passer à l’acte sur ces paroles…

Votre association est partenaire du PSG. Allez-vous demander au club de rappeler à ses joueurs d’avoir des opinions plus discrètes ? 

C’est toujours ce qui s’est plus ou moins produit entre eux et nous. On n’a pas encore discuté de ce point-là, mais ils ont toujours fait ce qu’il fallait. Ca ne va pas affecter nos relations avec eux. On connaît bien le sujet, ils le connaissent aussi. On sait bien qu’on ne pourra pas faire de miracles en trois coups de baguette magique.

L’avis d’Alex selon vous est-il partagé chez les footballeurs ? 

Le fait qu’il y ait de l’homophobie dans le football, ce n’est pas un scoop. Notre enquête de mai dernier montrait que l’homophobie est la discrimination la plus présente dans le football. Après, il faut aussi s’occuper des trains qui arrivent à l’heure, des clubs qui s’engagent, des supporters qui commencent à bouger sur la question. Ce qui est inquiétant, c’est d’imaginer toutes les bêtises qui peuvent être faites parce qu’on a entendu un footballeur dire ça à la télévision.

Inviter Alex à une journée découverte ou un match du PFG, c’est possible ? 

Si un footeux disait que Dieu a créé Adam et Eve blancs, imaginez ce que ça ferait. Ce serait une catastrophe. Il faut faire attention à ce qu’on dit. Est-ce qu’Alex veut qu’on lui retire de son salaire les 10% qui viennent des spectateurs homosexuels ? On a une mission de service public quand on devient un personnage public, et ça il faut qu’il le comprenne.