Golf : La quantité mais pas encore la qualité pour la France

©2006 20 minutes

— 

Les championnats du monde par équipes ont débuté hier dans l'île de la Barbade, dans les Caraïbes (lire encadré). Les Etats-Unis, l'Angleterre ou l'Irlande font figure de favoris. Mais pas la France. Comment prétendre être la meilleure nation du monde alors que notre premier représentant au classement mondial, Raphaël Jacquelin, ne pointe qu'à la 108e place ? Ou quand un seul de nos joueurs inscrit son nom au palmarès d'un tournoi du circuit européen en 2006 (Jean Van de Velde à l'Open de Madère en mars dernier) ? Un bilan tristounet pour le golf tricolore, comme en convient d'ailleurs aisément son directeur technique national, Christophe Muniesa : « Il ne faut pas nier l'évidence, 2006 est une année moyenne chez les hommes en termes de résultats, surtout si on la compare aux deux saisons précédentes. En revanche, chez les femmes, le bilan est excellent. » A l'image de Gwladys Nocera, 2e au classement du Tour européen féminin, et titrée à trois reprises cette année.

« En outre, il y a les jeunes qui commencent à pousser derrière, poursuit Christophe Muniesa. Julien Guerrier a remporté le prestigieux British Amateur. Et l'an prochain, quatre de nos joueurs intégreront le circuit européen [Julien Foret, Adrien Mörk, Jean-Baptiste Gonnet, François Calmels]. » Ce qui portera le contingent français à douze hommes, un record.

Reste à décrocher le Graal : une victoire dans l'une des quatre épreuves majeures (Masters d'Augusta, US Open, British Open et USPGA). Un exploit que seul Arnaud Massy, vainqueur en Angleterre, a déjà accompli... en 1907. « On peut le faire, assure le DTN. Mais c'est difficile de le clamer quand nos golfeurs ne gagnent qu'un tournoi dans l'année. »

Franck Crudo

Raphaël Jacquelin et Jean Van de Velde défendent jusqu'à dimanche les couleurs françaises lors des championnats du monde par équipes. Le meilleur résultat tricolore dans cette épreuve : une 3e place en 2003, grâce à Thomas Levet et Raphaël Jacquelin.