Football : Le Losc déjà tourné vers d'autres cieux

©2006 20 minutes

— 

Les Lillois sont (trop ?) modestes. A peine rentrés de Milan (0-2), où ils sont allés chercher le premier huitième de finale de Ligue des champions de l'histoire du club, les Dogues ont déjà les crampons tournés vers dimanche (18 h). « On est super heureux, oui. Mais il faut vite revenir sur terre, parce que la réception de Saint-Etienne [17e journée de L1] sera un gros match, qui pourrait nous permettre de les mettre à 5 points », explique Matthieu Chalmé, le latéral droit lillois, qui n'a pas « réussi à fermer l'oeil de la nuit ».

Ni euphoriques, ni distants, les hommes de Claude Puel sont simplement contents. « On savait qu'on pouvait gagner à Milan, donc on n'est pas plus surpris que ça, même si c'est une grosse performance », explique le milieu Yohan Cabaye. « Tant mieux si la France commence enfin à reconnaître qu'on sait jouer au foot, mais c'est dommage de s'en rendre compte si tard, après deux places sur le podium de L1 [2e en 2005, 3e en 2006]. Nous, on le sait depuis longtemps », confirme Nicolas Plestan face à la meute de journalistes nationaux qui ont retrouvé le chemin du Domaine de Luchin par la grâce de l'exploit de San Siro. Une situation qui ne déplaisait pas tant que ça à certains. « Ce relatif anonymat nous permettait aussi de nous motiver », regrette Yohan Cabaye. Ainsi vont les Dogues, jamais la tête ailleurs qu'au prochain match. « Dès demain [aujourd'hui], on n'en parlera plus, ce ne sera plus d'actualité », poursuit le milieu de terrain.

Une victoire face aux Verts [5es de L1] de l'ancien Dogue Geoffrey Dernis, bouclerait pour le troisième du Championnat une semaine magnifique, entamée dimanche dernier par une victoire à Nancy (1-3). Mais dans le Forez, on est prévenu. « Il ne faut surtout pas croire, que compte tenu du match de Ligue des champions, les Lillois seront fatigués », conclut Christophe Landrin, autre ancien de la maison nordiste.

Antoine Maes