Ils tiennent bon la « barre » pour travailler leur corps

Fabien Binacchi

— 

Un " sport complet ", selon la prof.
Un " sport complet ", selon la prof. — Nice Pole Dance

Parlez-lui de clubs de strip-tease et Elodie Gérardot-Valone pourrait bien vite vous renvoyer dans les cordes. La Niçoise est prof de pole dance, cette discipline qui mêle fitness et acrobaties autour d'une barre verticale (lire l'encadré). « Et c'est bien un sport dont il s'agit. Qui fait d'ailleurs de plus en plus d'adeptes », martèle-t-elle. Bien loin de l'ambiance feutrée de clubs privés, la spécialiste enseigne depuis deux ans dans une école du centre-ville de Nice. « Je donne des cours depuis sept ans et j'ai décidé de structurer les choses pour répondre à la demande », explique Elodie Gérardot-Valone.

Aussi pour les hommes


Une demande de plus en plus forte, selon cette ancienne prof de fitness et de danse jazz. « Avant, j'avais principalement à faire avec des femmes d'une quarantaine d'années. Je vois depuis quelques temps arriver de jeunes étudiantes », précise-t-elle. Et des hommes aussi. Sur une cinquantaine d'élèves, quatre sont des messieurs, séduits par « ce sport complet ». « L'avantage, c'est d'agir sur l'ensemble du corps et aussi de travailler sur le cardio training », vante la prof. Pourtant, la discipline n'est pas encore vraiment structurée en France. « Il y a des fédérations en Allemagne, en Italie, en Espagne, mais ici, nous sommes sur la réserve. Peut-être justement parce que la discipline est trop souvent associée au strip-tease », se désole Elodie Gérardot-Valone.

■ Bientôt aux Jeux ?

A la mode dans les cirques et dans les salles de sport, la discipline pourrait-elle devenir olympique ? « Cela aurait pu se faire en 2012, mais ça n'a pas pas abouti, avance la prof. Pour 2016, nous verrons. »