France-Ukraine: «C’était le match parfait»

FOOTBALL Les Bleus ont pris le match comme il le fallait, du début à la fin…

B.V., au stade de France
— 
Franck Ribéry contre l'Ukraine, le 19 novembre 2013, au Stade de France.
Franck Ribéry contre l'Ukraine, le 19 novembre 2013, au Stade de France. — F.FIFE/AFP

Vendredi, à Kiev, ils avaient eu tout faux. Ce mardi, à Paris, ils ont sans doute réalisé le «match parfait», comme n’a pas peur de le confirmer Franck Ribéry.

>> Le compte-rendu du match à lire ici, l'interview de Didier Deschamps, en cliquant là

Avec deux buts à remonter et l’énorme risque d’en prendre un en contre, ce n’était pourtant pas évident. Mais avec discipline, intelligence et agressivité, ils ont su se rendre les choses faciles. «On a réalisé un super match, sourit le talentueux Raphael Varane. On était concentrés sur objectif. On a mis la mentalité et l'envie qu’il fallait pour remporter ce match.» 

«Pourquoi on ne marque pas cinq buts à tous les matchs?»

Mine de rien, ça change tout. Présents dans les duels, les Bleus ont pris les Ukrainiens à leur jeu d’étouffement, «avec notre cœur, avec nos tripes», précise Matuidi. Résultat, Cabaye et Pogba ont rayonné au milieu, servant souvent des Valbuena et Ribéry très libres de leurs mouvements. «On a bien entamé, on a été agressif, on est allés les chercher haut, résume Franck Ribéry. On a eu deux trois occasions dans les dix premières minutes. On n'a pas douté, on a été patients, mais on a aussi joué au football aussi.»

La question, maintenant que l’équipe de France peut s’imaginer sur les pelouses brésiliennes dans quelques mois, c’est de savoir pourquoi elle n’est pas capable de faire ça à tous les matchs. Pourquoi elle a absolument besoin d’être dos au mur pour «jouer avec ses tripes». «Peut-être qu’on avait pris les Ukrainiens un peu de haut au match aller, à la légère, tente Franck Ribéry.» «C’est une très bonne question, se marre de son côté Pogba. Pourquoi on ne met pas cinq buts à chaque match? Pourquoi on ne joue pas toujours comme ça? C’est l’expérience. C’est une bonne leçon.» Qui devrait servir dans quelques mois.