France-Ukraine: Et si un village de l'Oise faisait «une grande fête» devant l'hôtel des Ukrainiens?

Antoine Maes

— 

L'ukrainien Yarmolenko face à Patrice Evra, le 15 novembre 2013 à Kiev.
L'ukrainien Yarmolenko face à Patrice Evra, le 15 novembre 2013 à Kiev. — AFP PHOTO / SERGEI SUPINSKY

«Nous ne pouvons malheureusement pas vous communiquer ce genre d’information. Bonne journée monsieur». La réponse est polie, mais ferme: à l’hôtel Mont-Royal de la Chapelle-en-Serval, on ne confirmera pas que c’est bien dans cet établissement luxueux que l’équipe d’Ukraine coulera de douces nuits d’ici mardi soir et le match retour des barrages pour le Mondial 2014, au Stade de France. Dans cet établissement où il n’y aucune chambre en-dessous de 200 euros, la discrétion fait visiblement partie des prestations. 

Yarmolenko et consorts y arrivent tout de même dimanche soir, et la petite commune de l’Oise (2900 habitants) est du coup partagée entre réserver un accueil de qualité aux adversaires des Bleus et l’envie de voir les coéquipiers de Franck Ribéry réussir l’exploit d’inverser la tendance. «On va plomber l’hôtel», se marre Christophe Baudry, le président de l’AS Orry-la Chapelle, le club du coin. Evidemment, c’est une boutade, d’autant que «Le Mont-Royal, c’est béton», reprend le dirigeant. Manière de dire qu’aller perturber le sommeil de l’adversaire de l’adversaire, pratique usitée par certains groupes de supporters avant les matchs déterminants, sera cette fois quasiment impossible. 

Le maire: «Je suis chauvin, donc on pourrait imaginer pleins de choses, comme une grande fête sous leurs fenêtres» 

Dans ce petit coin du sud de l’Oise, distant d’une trentaine de kilomètres du Stade de France, on n’a de toute façon pas l’habitude de troubler la quiétude des visiteurs. La sélection du Qatar y a déjà séjourné, au même titre que l’OM avant ses finales de Coupe de la Ligue en 2010, 2011 et 2012. Un club à l’époque entrainé par… Didier Deschamps. «On a l’habitude que des équipes viennent chez nous», remarque Philippe Espercieux le maire (Modem) de la commune.

Un édile dont l’activité professionnelle est… patron d’une entreprise spécialisée dans la sonorisation et la mise en lumière de spectacles. Un petit coup de main, Monsieur le Maire? «Je suis chauvin, donc on pourrait imaginer pleins de choses, comme une grande fête sous leurs fenêtres, blague-t-il. Mais je suis un élu donc j’ai des responsabilités. Il faut être beau joueur, et de toute façon, j’espère que l’équipe de France n’aura pas besoin de ça». Et au cas où un petit malin s’y risquerait, sachez que la gendarmerie et la police municipale suivent de très près la réception des Ukrainiens.