Cyclisme : Ullrich, la boucle est-elle bouclée?

©2006 20 minutes

— 

L'Allemand Jan Ullrich, soupçonné d'avoir utilisé le réseau de dopage sanguin du médecin espagnol Eufemiano Fuentes, a annoncé jeudi avoir résilié avec effet immédiat sa licence avec la Fédération suisse de cyclisme, affirmant toutefois qu'il ne mettait pas fin à sa carrière.
L'Allemand Jan Ullrich, soupçonné d'avoir utilisé le réseau de dopage sanguin du médecin espagnol Eufemiano Fuentes, a annoncé jeudi avoir résilié avec effet immédiat sa licence avec la Fédération suisse de cyclisme, affirmant toutefois qu'il ne mettait pas fin à sa carrière. — Javier Soriano AFP/archives

Alors qu'il a fêté samedi ses 33 ans, Jan Ullrich croit toujours en sa bonne étoile malgré la suspicion permanente qui l'entoure désormais. Exclu du Tour de France pour son implication présumée dans l'affaire Puerto, viré sans ménagement par son équipe T-Mobile, le coureur allemand n'a pas encore l'intention de pendre son vélo au clou. « Le chiffre 33 est mon chiffre favori : je suis persuadé que mes projets pour l'année à venir vont se réaliser », clame l'ancien vainqueur de la Grande Boucle, qui pourrait être entendu rapidement comme témoin par un juge espagnol.

Plusieurs équipes s'intéressent à Jan Ullrich, mais c'est sans doute la Discovery Channel qui s'offrira les services de l'Allemand. Ce dernier est d'ailleurs actuellement aux Etats-Unis « pour un voyage d'affaires », selon Wolfgang Strohband, son agent. L'ancienne formation de Lance Armstrong a déjà recruté une autre star éclaboussée par l'affaire Puerto : l'Italien Ivan Basso. La constitution d'un duo entre les deux vainqueurs potentiels du Tour de France permettrait ainsi à l'équipe américaine de frapper un grand coup sur le plan sportif. Quoique... L'organisateur du Tour d'Allemagne vient en effet de désigner persona non grata en 2007 les deux stars déchues. « Il est de notre devoir de faire en sorte que Jan Ullrich et Ivan Basso ne prennent pas le départ de notre épreuve l'an prochain. Et nous sommes prêts à épuiser tous les recours juridiques possibles », a déclaré Kai Rapp au quotidien Kölner Stadt-Anzeiger.

Jérôme Capton