Steven, l’autre Ribéry du Bayern

FOOTBALL Le frère de Franck vient de signer un contrat chez les moins de 19 ans du club bavarois...

A Lille, François Launay

— 

Franck Ribéry lors du match entre Manchester City et le Bayern Munich le 2 octobre 2013.
Franck Ribéry lors du match entre Manchester City et le Bayern Munich le 2 octobre 2013. — REX/Matt West/BPI/REX/SIPA

Passer du Portel au Bayern Munich en moins d’un an. Dire que la trajectoire de Steven Ribéry est impressionnante est un euphémisme. Pistonné par son frère, star incontestée du club bavarois, le cadet des Ribéry vient de s’engager avec les moins de 19 ans du Bayern Munich. Qu’ils semblent loin désormais les terrains du district côte d’Opale et les adversaires gras du bide que Steven affrontait pourtant jusqu’au mois de juin dernier.

Plus grand que son frère

«Il était surclassé en seniors C car le club avait décidé de lancer des jeunes pour faire remonter l’équipe en Première Division de district», explique Vincent Brebion, son entraîneur la saison dernière. Après avoir fréquenté les centres de formation de Lens puis de Boulogne, Steven Ribéry a rejoint le Portel en novembre 2012. Utilisé comme attaquant ou meneur de jeu, le frère de Franck a apparemment les mêmes qualités que son aîné. «Il est très à l’aise techniquement et aime beaucoup le ballon. Il sait faire la différence tout seul. C’est aussi un garçon qui a du caractère», poursuit l’éducateur portelois. Seule différence entre les deux frères, leur gabarit. Si Franck ne dépasse pas 1, 70m, Steven émarge à 1,85 m mais il est aussi plus enrobé que son frère. «Il avait arrêté le foot avant de rejoindre le Portel mais son frère a dû s’occuper de lui pour lui faire perdre du poids», poursuit Vincent Brebion.

Une allégation confirmée par Franck Ribéry lui-même «Il avait lâché un peu le foot mentalement. Je l’ai repris avec moi pendant quinze jours. Il a souffert comme il n’avait jamais souffert de sa vie. Il a vomi et perdu dix, douze kilos», raconte la star du Bayern dans l’Équipe. Un régime draconien qui a transformé un joueur de district en espoir du Bayern. De quoi surprendre son ancien coach «Il m’avait prévenu en fin de saison qu’il partait rejoindre son frère. Ca m’avait surpris car ce n’était pas dans la logique. Il y a quand même une certaine marge entre le Bayern et le Stade Portelois». Sauf quand on s’appelle Ribéry.