Football : Henry, le grand oubli

©2006 20 minutes

— 

Les Londoniens ont fait jusqu'ici le plein de points mais devront se méfier d'une surprenante formation russe, bien placée pour accrocher la seconde place qualificative et qui a démontré sa solidité en accrochant le match nul à Porto (0-0).
Les Londoniens ont fait jusqu'ici le plein de points mais devront se méfier d'une surprenante formation russe, bien placée pour accrocher la seconde place qualificative et qui a démontré sa solidité en accrochant le match nul à Porto (0-0). — Odd Andersen AFP/Archives

Elu quatre fois joueur français de l'année, sacré meilleur joueur du championnat anglais à trois reprises, Thierry Henry est toujours à la recherche d'une consécration individuelle sur le plan international. « Si on choisit le meilleur joueur, celui qui a fait le meilleur parcours sur l'année, c'est Thierry Henry. Le vrai Ballon d'Or sera élu le 18 décembre par la Fifa », avait déclaré Raymond Domenech au moment de la remise du Ballon d'Or à Fabio Cannavaro.

Critique envers le système de vote du Ballon d'Or, qui fait appel aux journalistes et non aux sélectionneurs, Domenech ne verra pas son voeu exaucé. L'attaquant d'Arsenal ne fait même pas partie des trois candidats pour le titre de meilleur joueur de l'année de la Fifa. A l'issue des votes des capitaines et sélectionneurs des 207 équipes nationales, Fabio Cannavaro, Zinédine Zidane et Ronaldinho ont été retenus. Une désillusion de plus pour Henry, même si l'intéressé estime avoir passé le cap de la déception depuis 2003. « Quand j'ai fini deuxième juste derrière Nedved, j'ai été déçu. Aujourd'hui, j'avance et je fais avec. Dans le football, je ne sais pas ce que c'est que mériter », assure le buteur d'Arsenal, qui pourra toutefois se consoler. Des supporteurs des Gunners, mécontents du manque de reconnaissance de leur attaquant, l'ont officieusement élu meilleur joueur du monde... d'Arsenal.

Gaël Anger