Une réputation à défendre

©2006 20 minutes

— 

« On ne forme pas que les pieds chez nous. » Vincent Bracigliano, responsable de la cellule recrutement du FCNA depuis deux ans, s'érige en défenseur de l'esprit de la formation nantaise. Une philosophie aux antipodes de celle de Guy Hillion (lire ci-contre).

« Chez nous, on est contre gaver d'argent un joueur de 12-13 ans, explique-t-il. Ce n'est pas bon pour son état d'esprit et donc la suite de sa carrière. A Nantes, on a pris le parti de rentrer dans des négociations mais on sait s'arrêter ! » Cette vision n'a-t-elle pas ses limites ? « Notre réputation n'est pas surfaite, répond Bracigliano. Notre identité vieille de vingt-cinq ans et nos atouts concrets comme les structures ou la scolarité attirent. » Dimitri Payet – « qui n'a coûté quasiment pas un centime » et qui a marqué 3 buts en L1 cette saison – en est l'exemple parfait.

D. P.